Faits divers – Justice

En Côte-d'Or, un téléphone d'alerte pour les victimes de violences conjugales

Par Marion Bastit, France Bleu mercredi 16 septembre 2015 à 20:44

La justice traite près de 500 cas de violences conjugales par an en Côte-d'Or.
La justice traite près de 500 cas de violences conjugales par an en Côte-d'Or. © Max PPP - Maxppp

En Côte-d'Or, les victimes de violences conjugales pourront bénéficier d'un téléphone d'alerte. Le tribunal de Dijon a signé une convention ce mercredi pour mettre en place le "téléphone grave danger". Seuls deux appareils seront distribués dans tout le département, qui traite 500 cas par an.

Le téléphone grave danger débarque en Côte-d'Or. Il s’agit d’un téléphone d'alerte pour permettre aux victimes de violences conjugales d’appeler au secours à tout moment. Le tribunal de Dijon a signé une convention ce mercredi avec plusieurs acteurs dont la police, la gendarmerie, l’opérateur Orange et des associations d’aides aux victimes.

Testé dans cinq départements pendant plus d'un an, ce téléphone ressemble à un portable classique, sauf qu'il a un bouton d'alerte. Il suffit d'appuyer trois fois sur ce bouton, et le portable appelle automatiquement une plate-forme téléphonique, où les opérateurs ont une formation spéciale en psychologie pour gérer ce genre d'appels.

L'opérateur qui décroche a aussitôt accès à une fiche détaillée sur la victime qu'il a au bout du fil, avec son nom et son adresse, ce qui lui permet de gagner du temps. Il lui pose alors une série de questions pour déterminer s'il s'agit ou non d'une véritable urgence.

Si c'est le cas, il appelle tout de suite la police ou la gendarmerie, selon la zone, qui envoie une équipe au domicile de la victime. Il peut aussi appeler des proches de la victime, famille ou voisins, dont il a également les numéros dans la fiche, et qui peuvent éventuellement lui venir en aide. Et puis s'il n'a personne au bout du fil, évidemment, il envoie tout de suite les forces de l'ordre pour voir ce qui se passe sur place.

Deux téléphones pour toute la Côte-d'Or

Mais il ne suffit pas d'être victime pour obtenir ce téléphone. Il faut prouver à la justice qu'il y a un grave danger. _« Il faut déposer plainte, puisqu’il faut une procédure pénale,  explique Marie-Christine Tarrare, procureure de la République à Dijon. Une enquête sera faite, le suspect sera entendu, puis il faudra qu’il soit placé sous contrôle judiciaire et avoir l’interdiction de rencontrer la victime. »_

Et c’est seulement à ce moment-là que le procureur de la République pourra remettre le téléphone à la victime. Dans un premier temps, seules deux personnes pourront bénéficier d'un téléphone grave danger en Côte-d'Or. Une goutte d'eau face aux 500 cas de violences conjugales traités chaque année par le parquet de Dijon.

"Il faut déposer plainte pour déclencher la procédure" Marie-Christine Tarrare