Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Sarreguemines : évadé de prison, il est retrouvé... dans les égoûts

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

L'homme de 27 ans qui s'était évadé ce 24 mai du centre de détention de Sarreguemines a été retrouvé dans les égouts de la ville. Il avait profité d'une consultation à l'hôpital Robert-Pax pour s'enfuir.

Le détenu s'était évadé ce jeudi.
Le détenu s'était évadé ce jeudi. © Maxppp - Alexis Sciard

Sarreguemines, France

Sa cavale aura duré presque 5 heures, mais le détenu qui s'était évadé ce 24 mai de la maison d'arrêt de Sarreguemines a été interpellé.

Ce sont des policiers qui l'ont retrouvé dans les égouts, à proximité de l'usine d'équipements automobiles Continental.

L'homme de 27 ans avait profité d'un rendez-vous médical à l'hôpital Robert-Pax de Sarreguemines pour se faire la malle, aux environs de 9 heures.  Il avait bousculé un des trois agents pénitentiaire qui l'accompagnaient pour s'enfuir.

L'homme était menotté au moment de son escapade. Il a été retrouvé aux alentours de 14 heures.

La deuxième évasion de la sorte depuis 2012

Il purge actuelle une peine pour trafic de stupéfiants.  Il devait être libéré au mois d'août selon nos informations.

Cette évasion est la première de la sorte depuis  2012. A cette époque, l'individu avait profité d'une visite chez le dermatologue pour s'évader, grâce à deux complices. Ceux-ci avaient ouvert le feu en plein centre-ville.

Pour Jean-Michel Girardi, du syndicat CGT au centre pénitentiaire de Sarreguemines, ce nouvel événement remet en lumière les conditions difficiles de prises en charge des détenus: "Au moment d'une visite médicale, nous avons seulement une place de parking qui nous est réservée. Nous avions demandé il y a plusieurs années à pouvoir entrer au service des urgences avec notre véhicule, mais cela n'a jamais été accepté".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu