Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

En déracinant 5.500 plants de cannabis, les gendarmes de Pertuis découvrent une arène de combats de coqs

lundi 23 juillet 2018 à 19:11 Par Sarah Nedjar, France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse et France Bleu

La gendarmerie de Pertuis a découvert vendredi dernier une arène 200 mètres carrés, bâtie en palettes, vraisemblablement théâtre de combats de coqs clandestins. Les gendarmes ont fait cette trouvaille alors qu'ils déracinaient un champ de 5.500 plants de cannabis.

Depuis 2015, l'ouverture de tout nouveau gallodrome est strictement interdit, conformément à la loi de 1964, qui vise la disparition progressive de cette pratique.
Depuis 2015, l'ouverture de tout nouveau gallodrome est strictement interdit, conformément à la loi de 1964, qui vise la disparition progressive de cette pratique. © Maxppp -

Pertuis, France

Vendred dernier, les gendarmes de Pertuis (Vaucluse) se sont rendus au bord de la Durance. L'opération faisait suite au signalement d'un "champ" de cannabis irrigué par la rivière. Sacré champ, en effet : 5.500 plants de cannabis sont découverts dans cette zone touffue, arborée, difficile d'accès. En explorant la zone, les gendarmes ne s'attendaient pas à découvrir aussi une arène de fortune, destinée à des combats de coqs clandestins.

Un lieu de spectacle "underground"

D'une hauteur de cinq mètres, pour 200 mètres carrés de superficie, ce véritable gallodrome était conçu à la manière d'un lieu de spectacle underground. Le lieu est accessible par une entrée secrète, à l'intérieur d'une caravane, d'apparence abandonnée. Les gendarmes y trouveront pourtant un bar, plusieurs boissons apparemment en vente et une billetterie. 

Le capitaine Thierry Ortiz, commandant en second de la compagnie de gendarmerie de Pertuis, avoue sa surprise en découvrant les lieux : "On aurait dit l'accueil d'un petit bâtiment. Ensuite, nous avons emprunté le corridor, qui menait à la salle de combat couverte, décorée comme un vrai chapiteau." Au centre, une piste éclairée par des ampoules, où gisent quelques plumes mouchetées de sang. Et tout autour, des gradins recouverts de moquette et de feutrine. 

Six animaux retrouvés

Les gendarmes ne sont pas au bout de leur surprise : ils trouvent six coqs de combat, enfermés dans des cages numérotées. Les animaux ont été transportés chez un vétérinaire afin d'y être examinés, puis confiés à une agricultrice.

La destruction du gallodrome programmée dans les jours qui viennent

Hormis les exceptions du Nord-Pas-de-Calais et de l'île de la Réunion, les combats de coq sont interdits sur le territoire français. La fréquentation d'un tel lieu constitue donc un délit aux yeux de la loi. 

Pour Thierry Ortiz, cette superstructure illégale près de la Durance pose également d'autres soucis : "Toute l'arène est en bois, il y a un risque certain d'incendie. Sans parler des recettes clandestines qui doivent être générées dans ce genre d'endroit. Il y a déjà beaucoup de délinquance dans le coin et ça ne risque pas d'aider." 

Et d'ajouter que la gendarmerie de Pertuis poursuivra avec vigueur son combat contre les champs de cannabis.