Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire "du bébé dans le coffre"

Procès Séréna aux Assises de Corrèze : huit ans de prison requis contre la mère de la fillette

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Limousin, France Bleu Périgord

Le verdict au procès Séréna devant les Assises de Corrèze est attendu ce vendredi dans l'affaire du "bébé dans le coffre" retrouvé dans une voiture en Dordogne. L'avocat général a requis une peine de huit ans de prison contre Rosa Da Cruz, la mère de la fillette. La défense a demandé l’acquittement.

Rosa Da Cruz, la mère de Séréna, comparaît jusqu'à ce vendredi devant la cour d'assises de la Corrèze
Rosa Da Cruz, la mère de Séréna, comparaît jusqu'à ce vendredi devant la cour d'assises de la Corrèze © Radio France - Nicolas Blanzat

Huit ans de prison contre Rosa Da Cruz, un suivi socio-judiciaire de cinq ans et la déchéance de l'autorité parentale sur Séréna. C'est la peine qu'a requise, ce vendredi matin, l'avocat général au procès de la mère de la petite Séréna, jugée depuis ce lundi devant la cour d'assises de la Corrèze et qui encourt jusqu'à vingt de réclusion criminelle. La défense, elle a demandé l'acquittement de Rosa Da Cruz. 

Toute cette semaine, ce procès a été marqué par les regrets exprimés par la mère de Séréna, des revirements, de nombreux témoignages d'experts et les plaidoiries de la défense, à retrouver dans notre dossier.

"Ce procès n'est pas celui du déni de grossesse mais celui de la dissimulation d'un enfant"

L'avocat général Olivier Kern, ici en discussion avec Me Grimaud, avocate d'une des parties civiles, avant l'ouverture du procès de la mère de Séréna
L'avocat général Olivier Kern, ici en discussion avec Me Grimaud, avocate d'une des parties civiles, avant l'ouverture du procès de la mère de Séréna © Radio France - Nicolas Blanzat

Dans son réquisitoire, entamé ce vendredi à 10h20, l'avocat général a d'abord lancé une charge virulente contre la défense qui compte plaider l'acquittement de Rosa Da Cruz, victime selon elle d'un déni de grossesse puis d'un déni d'enfant.

Cette thèse ne tient pas aux yeux d'Olivier Kern qui a pointé l'organisation méthodique de Rosa Da Cruz tout au long des deux ans de dissimulation de Séréna.

L'avocat général s'est ensuite attaché à détailler, point par point, les éléments matériels prouvant que Rosa Da Cruz avait bien conscience de ses actes.

"Elle a accepté la maltraitance"

Il a notamment fait références aux trois premiers enfants de l'accusée...

... et s'est interrogé sur le sort réservé à Séréna.

L'avocat général s'est aussi adressé aux jurés. 

La défense demande l’acquittement de Rosa Da Cruz

De son côté, l'avocate de la défense a demandé vendredi après-midi l'acquittement pour la mère de Séréna : "Rosa Da Cruz a subi cette situation. Elle ne l’a pas choisie. Elle a souffert d’un déni de grossesse et d’un déni d’enfant". Chrystèle Chassagne-Delpech s'adresse à toutes les femmes : "Ayons peur que jamais cela nous arrive. Le déni de grossesse est un sacré fléau. Si ça vous arrive sachez que nous perdons toute conscience". Et de revenir sur l'accouchement précaire de Rosa Da Cruz.

Pour l'avocate de la mère de Séréna, la société est elle aussi coupable. Rosa Da Cruz a aimé sa fille, argumente  Chrystèle Chassagne-Delpech.

Le verdict est attendu ce vendredi devant les Assises de la Corrèze à Tulle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu