Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉOS - Incendies dans les Bouches-du-Rhône : les feux sous contrôle à Martigues et à Rognac

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Provence, France Bleu

Un incendie a ravagé près de 1.025 hectares de végétation entre Martigues (Bouches-du-Rhône) et la côte méditerranéenne. Il s'est déclenché vers 18 heures, mardi 4 août. Plus de 2.700 personnes ont été évacuées, certaines par une mer démontée.

Le camping des Tamaris, dévasté par l'incendie.
Le camping des Tamaris, dévasté par l'incendie. © Radio France - Laurent Grolée

Cinq départs de feu ont été recensés par les pompiers des Bouches-du-Rhône, à Martigues, Port-de-Bouc, Aubagne, Gignac et Carnoux-en-Provence. Les incendies, attisés par les rafales de vent jusqu'à 90 km/h, mardi 4 août. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est rendu sur place.

De nombreux habitants ont été évacués par les pompiers, la police, les sauveteurs en mer, la préfecture maritime, des particuliers. Certaines maisons ont brûlé et près de 1.025 hectares sont partis en fumée sur la Cote Bleue, véritable patrimoine naturel des Bouches-du-Rhône. 

Vous êtes nombreux à appeler France Bleu Provence ce matin pour témoigner de ce qui s'est passé et soutenir les victimes et les marins-pompiers. On vous rappelle le numéro pour nous rejoindre en direct : 04.42.38.08.08.

L'essentiel

  • l'incendie de Martigues s'est déclaré mardi, en fin d'après-midi
  • plus de 1.500 hectares ravagés
  • au moins 2.700 personnes évacuées dans la nuit, dont un Ehpad
  • 1.800 pompiers mobilisés
  • aucun blessé civil, 14 pompiers légèrement blessés ou intoxiqués
  • nouveau départ de feu à Rognac, sous contrôle.

Les deux incendies sous contrôle

18h25 : un autre incendie s'est déclaré à Rognac, entre Rognac et Vitrolles, en bordure de l'autoroute A7. 500 sapeurs pompiers sont sur place pour lutter contre les flammes. Cet incendie est sans rapport avec celui de Martigues. Le colonel Gregory Allionne des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône est rassuré sur la situation.

"Sur Rognac, nous avons pu mettre un maximum d'engins terrestres. Nous avons la quasi-totalité de la flotte de la sécurité civile en ce moment sur les Bouches-du-Rhône que nous distribuons au fur et à mesure des reprises que nous avons, et sur Martigues, et sur des départs de feu que nous avons sur le département. 

Rognac a pu bénéficié d'une attaque massive, et terrestre et aérienne, ce qui a permis effectivement de le cantonner en dessous de la barre et qu'il n'aille pas sur le fameux plateau de l'Arbois. C'est un feu qui reste sous contrôle, il est actuellement à une dizaine, une quinzaine d'hectares.

Il a monté sous la barre rocheuse, et actuellement nous sommes en train de le juguler, de le cantonner sur cette enveloppe-là et nous avons mis énormément de moyens sur le plateau de Vitrolles, sur le plateau de l'Arbois et nous sommes au-dessus, en vigilance, et nous protégeons la propagation en direction de Velaux donc je suis très rassuré sur ce départ de feu-là".

17h55 : le feu de Martigues est sous contrôle, mais les abords de la Côte Bleue portent pour longtemps les traces du passage de l'incendie.

Les abords de la côte, du côté des Tamaris.
Les abords de la côte, du côté des Tamaris. © Radio France - Laurent Grolée

17h08 : un nouveau départ de feu, à Rognac, cette fois. L'autoroute A7 est fermée à la circulation dans le sens Marseille-Lyon. L'incendie s'est déclaré entre Rognac et Vitrolles, une centaine de pompiers sont mobilisés.

17h : à Martigues, l'incendie reste sous le contrôle des 1.000 sapeurs-pompiers encore sur place pour surveiller que les flammes ne repartent pas. Quelques petites reprises de feu dans l’après-midi à l'ouest de Gacharelle et dans le secteur de Jonquiere, mais "rien de notable" précisent les pompiers "c'est classique" dans ce genre de situation. Les pompiers qui passeront encore plusieurs jours sur place.

"Un incendie sans doute criminel", selon le maire de Martigues Gaby Charroux, rentré de vacances pour constater les dégâts sur sa commune. Il estime qu'il pourrait s'agir d'un acte volontaire, car des départs de feu quasi-simultanés en plusieurs endroits sont suspects. "Ceux qui feraient ça volontairement, je les appelle des criminels, car ils mettent en danger la vie des autres" dit le maire de Martigues.

16h41 : les reprises sont toujours actives, dans le secteur de Jonquière, au sud de la ville. Le viaduc de Martigues est fermé dans le sens Fos-Marseille, ainsi que l'autoroute A55. La circulation est complète saturée autour de Martigues.

16h15 : les deux campings de la Couronne, celui des Tamaris et Lou Cigalon, ont été complètements détruits par les flammes.

15h30 : la ville de Martigues a mis en place toute une série de numéros d'aide pour les habitants et vacanciers touchés par l'incendie :

  • Pour toutes questions, contactez Allo Martigues au 0.800.15.05.35
  • Pour les sinistrés qui ont perdu tous leurs biens, vous pouvez-vous rapprochez du service Logement
  • Pour les personnes qui recherchent quelqu'un, un numéro de téléphone a été mis en place : 06.12.10.26.46
  • Une cellule de soutien psychologique aux victimes va faire le tour des centres d'accueil dès cet après-midi
  • Un numéro de téléphone d'aide aux victimes a été mis en place : 04.42.44.35.34 ou 04.42.44.36.20 ou 04.42.44.36.80.

14h35 : plusieurs reprises de feu à Martigues, poussé par un vent de sud, notamment dans le secteur de Jonquière, au sud de la ville. Le viaduc de Martigues est fermé dans le sens Martigues-Marseille, ainsi que l'autoroute A55. La sortie autorisée est à Lavéra.

14h10 : Marie Aubert, préfète déléguée à l’Égalité des chances, s'est rendue à Martigues, sur la zone des Tamaris. Elle a notamment constaté les dégâts sur les campings et salué le travail des sapeurs-pompiers sur le terrain.

13h40 : "Le feu est maîtrisé", a indiqué à la mi-journée un responsable des pompiers des Bouches-du-Rhône. Mais il a laissé des scènes de désolation : arbres calcinés, campings brûlés, familles choquées après avoir été évacuées dans la nuit, parfois par la mer, pour échapper aux flammes.

"Un grand point de soulagement est qu'il n'y a pas de victime. Or il y aurait pu avoir de nombreuses victimes : deux villages vacances ont été détruits et puis tout le long du chemin de l'incendie, il y a eu des maisons qui ont été touchées", a déclaré Gaby Charroux, maire de Martigues, la ville la plus frappée par le sinistre.

À la mi-journée, des habitants et des touristes ont pu commencer à regagner certaines zones. Mais d'autres, logés dans les deux campings qui ont brûlé, sont restés dans les hébergements provisoires. Les pompiers continuent leurs opérations sur les lieux pour éviter toute reprise, et restent "vigilants" en raison d'un vent de sud annoncé et de températures en hausse.

Un des campings incendiés à La Couronne.
Un des campings incendiés à La Couronne. © AFP - CHRISTOPHE SIMON
Vue du camping des Tamaris.
Vue du camping des Tamaris. - Un riverain du camping

12h45 : selon le colonel Jean Luc Becari, directeur départemental adjoint des pompiers des Bouches-du-Rhône, "1.800 pompiers sont toujours mobilisés et les opérations se déroulent normalement. Pas de reprises sérieuses constatées, mais on va être confrontés à une augmentation des températures et à un vent qui peut tourner, même s'il est beaucoup plus faible.

L'effectif des pompiers sera maintenu jusqu'en deuxième partie d'après-midi au moins. Sur certains secteurs, des personnes évacuées ont pu regagner leur domicile, par exemple à La Couronne. Elles se feront progressivement ailleurs en fonction du traitement et de la sécurisation des lisières".

12h35 : un sapeur-pompier explique la mission indispensable aujourd'hui pour les soldats du feu : stabiliser les flancs, noyer les lisières encore actives pour éviter toute reprise des flammes.

12h05 : l'incendie est toujours en cours ce mercredi, mais en "cours de maîtrise", a indiqué Perrine Baglan, chef du pôle communication des pompiers des Bouches-du-Rhône. Les conditions météo s'annoncent plus favorables, le vent "devant tomber avant la mi-journée". "On reste néanmoins extrêmement vigilant" a indiqué Perrine Baglan.

Les 1.800 pompiers mobilisés la nuit dernière pour lutter contre les flammes restent sur site. Ils sont toujours déployés sur la zone, certains viennent des départements voisins, comme ceux du Gard ou du Vaucluse.

Ce feu "hors norme a parcouru 8 km et 1.500 hectares en seulement quelques heures" dans une zone périurbaine. Aucun blessé grave n'est à déplorer. Huit personnes ont été prises en charge par les services médicalisés et 14 pompiers sont légèrement blessés ou intoxiqués. Les dégâts matériels sont en cours d’évaluation. Au moins deux campings ont subi des dommages importants et plusieurs habitations ont été sinistrées.

11h35 : un témoignage de solidarité et de reconnaissance d'une habitante de Sausset-les-Pins.

11h26 : la direction départementale de la Sûreté publique (DDSP13) est chargée de l'enquête sur les causes de l'incendie. Toutes les pistes sont étudiées. Entre 2015 et 2019, 9.300 hectares de forêt ont brûlé en moyenne chaque année dans les départements du littoral méditerranéen français.

11h05 : "Nous attendons de voir quand les gens pourront rentrer, certains campings et des maisons ont été endommagés, les pompiers sont toujours en action" a indiqué Bénédicte Gameaux, responsable communication de la mairie de Martigues. Le camping des Tamaris a été complètement dévasté.

Le camping des Tamaris après le passage de l'incendie.
Le camping des Tamaris après le passage de l'incendie. © Radio France - Mathilde Vinceneux

10h45 : le feu est toujours en cours, très étendu, avec beaucoup de lisières, et il faut d'abord s'assurer de les circonscrire. Il y a également beaucoup d'interfaces urbaines, la journée sera consacrée à la sécurisation.

Le dispositif est maintenu jusqu'à nouvel ordre, c'est-à-dire 1.800 pompiers dans toutes ses composantes, avions compris. Ce mercredi matin, le vent a faibli, mais les secours restent prudents à cause des températures chaudes des prochaines heures et prochains jours.

10h25 : sur la côte, quelques fumées sont encore visibles.

Les dernières fumées visibles depuis la côte.
Les dernières fumées visibles depuis la côte. © Radio France - Mathilde Vinceneux

10h15 : les images du paysage complètement calciné après le passage de l'incendie.

Après le passage des flammes.
Après le passage des flammes. © Radio France - Mathilde Vinceneux
Les arbres brûlés après le passage de l'incendie.
Les arbres brûlés après le passage de l'incendie. © Radio France - Mathilde Vinceneux
Les images du passage des flammes.
Les images du passage des flammes. © Radio France - Mathilde Vinceneux

10h : pour Henri Cambessedes, premier adjoint de Martigues, "C'est une catastrophe, c'est du jamais-vu, c'est horrible. Il y a un drame humain, un drame écologique, voilà tout. Tout est cumulé pour cette situation qu'on découvre ce matin et que certains vont découvrir, c'est une catastrophe.

Ce qu'il faut qu'on voit maintenant, ce sont les conditions dans lesquelles la vie va reprendre son cours. Pas normal, mais reprendre son cours parce que c'est ça qu'il faut imaginer maintenant, avec ces conditions qui sont affreuses pour tout le monde et principalement pour ceux qui ont perdu des biens et peut-être des animaux". 

9h40 : Michèle a 67 ans, elle a quitté précipitamment sa maison à Saint-Pierre avec son fils, Cyril, 30 ans et elle ne sait pas dans quel état est son habitation. "Il y a eu énormément de fumée, très épaisse, on ne voyait plus rien. Quand on a voulu sortir pour commencer à arroser un peu pour protéger la maison, on a vu des flammes qui étaient près de la maison, dans les vignes.

Alors ce qu'on a fait avec mon fils, on a pris la voiture et on est parti. On a traversé des flammes. J'ai eu peur pour ma maison et apparemment, ce matin, j'ai appris que ça brûlait autour, mais apparemment, la maison est intacte. J'attends, j'attends qu'on nous donne l'autorisation de repartir. Apparemment, ça brûle encore". 

9h25 : la belle-famille de Gérald habite à Tamaris et a été touchée par l'incendie de Martigues. "Le papa de ma belle-fille a été touché puisqu'il est sur Tamaris, effectivement voisin du camping qui a brûlé. Donc ils ont été évacués hier soir par la mer, femmes et enfants d'abord, dans un premier temps, pendant que les secours et d'autres embarcations étaient en train de venir récupérer les hommes. Ils ont tous vu depuis la mer, toutes leurs propriétés brûler entièrement

Ma belle-fille était sous le choc. Son papa, la propriété qu'il a, là-bas à Tamaris, c'est l'histoire de sa vie. C'est un homme qui a consacré beaucoup dans sa vie pour sa propriété. Et il était très choqué hier. Du coup, j'attends encore des nouvelles ce matin". 

9h15 : "L'incendie évolue favorablement, mais il n'est pas maîtrisé", ont précisé les pompiers alors que le vent devrait se calmer en fin de matinée. "Pas de blessé grave à déplorer, mais les dégâts matériels restent à évaluer", ont-ils ajouté.

8h : les TER passant par Port-de-Bouc en direction de Miramas ne circulent pas ce matin. Il n'y a plus de maisons menacées ce matin, selon les pompiers, qui veulent éteindre au plus vite les derniers foyers pour éviter toute reprise du feu.

Des renforts sont arrivés de partout en France : de Provence-Alpes-Côte d'Azur bien sûr, mais aussi d'Occitanie et même de l'Est de la France.  Depuis une heure, les quatre Canadair et le bombardier déjà effectué cinq largages au dessus de l'incendie. 

Les touristes accueillis dans les centres d'hébergement doivent s'enregistrer auprès des bénévoles présents qui transmettront les informations à la préfecture pour organiser au mieux leur retour sur leur lieu de vacances si possible, ou chez eux directement. 

Le réveil des touristes et des habitants hébergés à la salle polyvalente de La Couronne cette nuit
Le réveil des touristes et des habitants hébergés à la salle polyvalente de La Couronne cette nuit © Radio France - Quentin Pérez de Tudela
Les agents de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme à la salle polyvalente de La Couronne ce matin
Les agents de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme à la salle polyvalente de La Couronne ce matin © Radio France - Quentin Perez de Tudela

7h30 : de mémoire de pompiers, on n'avait jamais vu ça. "C'est un feu qui a été très virulent raconte Grégory Allione, président des sapeurs-pompiers de France, mais aussi chef de corps des sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône. La vitesse de propagation qui a été constatée à un certain moment - 8 km/h - est dantesque.

De mémoire, je n'ai jamais connu une telle vitesse de propagation sur des feux et pourtant 2003 et 1990 sont des saisons qui font partie de ma mémoire. 8 km/h, c'est la vitesse de quelqu'un qui court bien. Voilà ce que nous avons eu à affronter hier dans l'après-midi avec un vent à 90 km/h, un mistral qui soufflait fort".

"De mémoire, je n'ai jamais connu une telle vitesse de propagation sur des feux" - Grégory Allione, président des sapeurs-pompiers de France

7h20 : "Évacuer 468 personnes par la mer, c'est très exceptionnel" confirme Christine Ribes, la porte-parole du préfet maritime. D'autant plus que la mer était assez agitée hier soir. En plus des bateaux de secours, deux chalutiers de pêche et les navires d'une société privée de Carry-le-Rouet ont participé à l'évacuation. 

7h : deux Canadair vont procéder aux premiers largages de la journée d'ici quelques minutes explique Perrine Baglan, cheffe du pôle communication des pompiers des Bouches-du-Rhône, en direct sur France Bleu Provence. 1025 hectares ont brûlé, dans une zone péri-urbaine et touristique. Le feu est maîtrisé ce matin, ce qui veut dire qu'il ne progresse plus, mais il n'est pas encore éteint. 

Quatorze pompiers ont été légèrement blessés ou intoxiqués. 

En ce qui concerne la circulation, la départementale 49, qui part de l'A55 vers le Sud, est fermée, tout comme les sorties en direction de La Couronne et Sausset-les-Pins dans les deux sens sur l'autoroute. Mis à part ces sorties fermées, vous circulez normalement sur l'A55. La D9, qui passe au nord de ces communes est également fermée. 

6h30 : parmi les 2.700 personnes évacuées, 468 sont parties par la mer. Des évacuations effectuées par des bateaux de la gendarmerie, de la SNSM ainsi que par des bateaux privés. Trois navires de la marine nationale arrivés de Toulon sont également postés au large de Port-de-Bouc, au cas où il faudrait continuer ces évacuations par la mer : la Loire, le Jason et le Pionnier. 

Le vent devrait tomber dans la matinée, ce qui va faciliter le travail des pompiers. 

1.800 pompiers mobilisés

6h : le feu n'est toujours pas circonscrit, il a parcouru 8 kilomètres du quartier de la Gacharelle et s’est propagé en direction de Saint-Julien-les-Martigues et Saint-Pierre-lesMartigues. Mille hectares ont été brûlés, 2.700 personnes évacuées, certaines de manière préventive, dont 8 campings et un EHPAD. Aucun blessé n'est à déplorer, 1.800 pompiers sont déployés, 454 engins. Les Canadair arriveront en appui dès le lever du soleil.

"Le feu est face à la mer" explique Perrine Baglan, cheffe du pôle communication des pompiers des Bouches-du-Rhône, en direct sur France Bleu Provence. "Le plus important, c'est qu'il n'y a pas de blessé, ajoute-t-elle. Les dégâts matériels sont en cours d'évaluation". 

Les pompiers et la préfecture rappellent les consignes à suivre si vous habitez le secteur. Ils ont également dressé une liste des lieux d'hébergement d'urgence ouverts durant la nuit.

Notre reporter est ce matin à la salle polyvalente de la Couronne, où 94 personnes ont passé la nuit, dont une trentaine d'enfants. Tous ont dormi à bonne distance pour respecter les gestes barrières. 

Quatre autres incendies le mardi 4 août

Le premier incendie s'est déclenché vers 16h20 à Port-de-Bouc, 110 hectares ont brûlé, la situation est "sous contrôle" selon les pompiers. Le feu s'est déclenché dans une zone périurbaine, près d'habitations, de commerces et d'entrepôts industriels. Une attention particulière est portée sur le quartier de Saint-Jean. Des maisons ont été endommagées, ainsi qu'un garage automobile. Mais les secours ont pu sauver 14 habitations, un gymnase, un camping, ainsi qu'une vingtaine de voitures. "Aucune victime n'est à déplorer", précisent les pompiers.

À Aubagne, trois hectares ont été parcourus. Une attention particulière est portée dans le quartier de La Fenestrelle. Une cinquantaine de sapeurs-pompiers sont sur place.

À Gignac-la-Nertheen, l'incendie a pris en bordure de l'autoroute A55. Le feu a parcouru un hectare. Il est à présent éteint.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess