Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Dordogne : les corps de deux fillettes et de leur père retrouvés à Gout-Rossignol

jeudi 14 mars 2019 à 14:45 Par Marius Delaunay, Harry Sagot, Emmanuel Claverie et Emeline Ferry, France Bleu Périgord et France Bleu

Deux fillettes de 6 et 8 ans, et leur père d'une soixantaine d'années, ont été retrouvés morts ce jeudi 14 mars au matin, dans leur maison de Gout-Rossignol en Dordogne, par la mère des enfants et le maire du village. Le couple était en instance de séparation.

C'est dans cette maison située au lieu-dit "la Croix" que les corps ont été découverts
C'est dans cette maison située au lieu-dit "la Croix" que les corps ont été découverts © Radio France - Emeline Ferry

Gout-Rossignol, France

Les corps d'un autoentrepreneur, maraîcher bio, et de ses fillettes de 6 et 8 ans, ont été découverts ce jeudi matin en fin de matinée à Goût-Rossignol entre Périgueux et Angoulême. Le couple était en cours de séparation, et c'est le chauffeur du bus scolaire qui a donné l'alerte, s'étonnant de ne plus voir les deux fillettes.

La mère des enfants, qui avait déménagé depuis la fin de l'année 2018 dans un village des environs, est revenue dans la maison, au lieu-dit "La Croix", en compagnie de la maire du village, Corinne Ducoup. Elles ont découvert les corps dans la même chambre, allongés sur un lit.

Aucune arme

Selon les gendarmes, aucune arme n'a été retrouvée près des corps. En revanche, la pièce était calfeutrée, et les victimes auraient pu être intoxiquées par les fumées d'un feu allumé dans la pièce, ou par du gaz.

Les gendarmes de Nontron, aidés par la section de recherche de Bordeaux explorent toutes les pistes. Mais pour l'instant, ils semblent s'orienter vers la thèse du père qui aurait tué ses petites tout en se donnant la mort. Le papa n'a en tout cas visiblement laissé aucune lettre ou explication.

Un médecin légiste a été appelé pour déterminer les causes de la mort, l'autopsie aura lieu rapidement à Bordeaux. Le décès remonterait en tout cas à quelques jours, sans doute ce week-end ou en début de semaine.

La mère, une assistante sociale d'une cinquantaine d'années a été hospitalisée à Périgueux en état de choc. La famille était jusque là totalement inconnue de la justice et de la gendarmerie.