Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Île-de-France, plus de sécurité dans les bases de loisirs face à la montée des violences

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

D'après la région, les incivilités augmentent de pair avec la fréquentation des douze îles de loisirs cet été. Le vice-président réclame plus de moyens à l'Etat pour renforcer la sécurité et permettre aux familles modestes de profiter du calme.

La jauge autorisée cet été au sein de la base de loisirs d'Etampes dans l'Essonne est fixée à 2.100 visiteurs par jour.
La jauge autorisée cet été au sein de la base de loisirs d'Etampes dans l'Essonne est fixée à 2.100 visiteurs par jour. © Radio France - Victoria Koussa

La rixe de trop. Deux jours après l'affrontement entre une centaine de jeunes sur la base de loisirs d'Etampes (Essonne), élus et représentants des forces de l'ordre se sont rendus sur place ce dimanche pour voir comment renforcer la sécurité de l'immense piscine entourée de pelouse où près de 2.000 habitants des alentours viennent se rafraîchir. "Nous allons mettre des drones avec haut-parleur, ça permet d'anticiper les problèmes et de dissuader, il nous faut des maîtres-chiens, des policiers à cheval", énumère Patrick Karam, vice-président de la région en charge de la jeunesse, des sports, de la vie associative, de la citoyenneté et des loisirs, qui s'est rapidement mobilisé sur les réseaux sociaux contre l'excès de violence de vendredi après-midi. Avant d'ajouter : "Mais à un moment donné, si nous n'avons pas l'Etat à nos côtés c'est beaucoup plus compliqué de maintenir l'ordre ! Sur les stations balnéaires, quand il y a un afflux de personnes, il y a des gendarmes à demeure, et bien nous voulons la même chose !" 

D'ici là, une plainte va être déposée par la région Île-de-France, a annoncé la présidente Valérie Pécresse.

"Ça peut vite dégénérer, moi, ça me fait peur"

Parmi les dizaines de familles arrivées tôt ce dimanche, celle de Meriem. "Les jeunes ne sont même pas rentrés par l'entrée normale, ils sont rentrés par la grille. Ils se sont installés, et ont commencé à dire des gros mots, ça me dérange. Il y a mes enfants, mes filles, je n'ai pas envie qu'ils entendent tout ça", témoigne-t-elle. Ces jeunes lui ont fait mauvaise impression.

"Ça peut vite dégénérer ces trucs comme ça, donc moi ça me fait peur", raconte Zineb qui étale de la crème solaire sur le dos de sa fille. "Même le fait qu'elle voit ça, j'aimerais pas, surtout pour elle. Elle est assez sensible. Et en plus je ne viens pas dans une base de loisirs pour voir une bagarre."

ECOUTEZ - Le reportage de la rédaction.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess