Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - A Beaugency, les derniers vestiges des usines Treca seront détruits

-
Par , France Bleu Orléans

Les élus de la majorité à Beaugency ont dernièrement visité ce qui reste des anciennes usines Treca, fermées en 2012 sur la commune. Le rachat du site au groupe Adova, toujours propriétaire, et la démolition de tous les bâtiments est la plus probable, avant un projet encore en réflexion.

Le maire de Beaugency Jacques Mesas dans l'un des bâtiments des anciennes usines Treca
Le maire de Beaugency Jacques Mesas dans l'un des bâtiments des anciennes usines Treca © Radio France - Anne Oger

Le sort des vestiges des usines Treca à Beaugency, quelques bâtiments survivants de l'histoire industrielle de la commune, sur un terrain de 1,3 hectares à l'entrée de la ville, semble scellé. Il y a quelques jours, les élus de la majorité municipale ont visité le site avec des représentants du groupe Adova, le propriétaire de la marque Treca et des bâtiments. 

Les entrepôts délabrés de l'ancienne usine Treca à Beaugency
Les entrepôts délabrés de l'ancienne usine Treca à Beaugency © Radio France - Anne Oger

Et le verdict est unanime : impossible de garder le moindre entrepôt sur le site, il faudra tout raser, pour des raisons de sécurité. Les bâtiments sont fragilisés, délabrés, après être restés près de 10 ans à l'abandon

Le projet sur le site Treca encore en réflexion

"La seule chose que les représentants de Treca nous ont demandé de garder, c'est l'horloge à l'entrée du site" plaisante Jacques Mesas, le maire de Beaugency. "Cette horloge qui porte la mention "matelas Treca" fait partie de leur histoire, on leur restituera"

L'horloge "matelas Treca" à l'entrée du site de l'ancienne usine de Beaugency
L'horloge "matelas Treca" à l'entrée du site de l'ancienne usine de Beaugency © Radio France - Anne Oger

Pour le reste, il faudra mettre au point un projet, sur un site particulier, puisqu'on se trouve ici à l'entrée de la ville de Beaugency en venant de Blois. Sur d'anciens terrains jadis occupés eux aussi par l'usine Treca se dresse aujourd'hui un supermarché Lidl, pas question d'accueillir de nouveau ce genre d'équipement. "On ne veut pas de quelque chose qui n'irait pas dans le décor, pas de projet industriel, rien qui puisse dénaturer cette entrée de ville" répète Jacques Mesas. 

Je revois encore les ouvriers dans ces entrepôts aujourd'hui délabrés, leur présence est incontestable

Mais il faudra aussi garder quelque chose de la mémoire de Treca, elle appartient aux balgentiens. Et la nostalgie de cette histoire industrielle pointe dans les souvenirs de Joël Lainé, adjoint à l'urbanisme : "moi j'ai visité l'usine pour la première fois en 1975 je crois, je les revois encore, les ouvriers, dans cet espace délabré. Leur présence est encore palpable"

Un des graffs dns l'ancienne usine Treca à Beaugency
Un des graffs dns l'ancienne usine Treca à Beaugency © Radio France - Anne Oger

Délabré, c'est le mot... A part quelques signes de l'ancienne présence de Treca, un autocollant, un four, un panneau, les entrepôts sont tous en très mauvais état, privés de toiture, pour certains. En revanche, comme tout site industriel à l'abandon, il a été investi par des graffeurs, et les oeuvres s'étalent sur les murs, les bombes de peinture sont encore là. Ce qui fait dire à Joël Lainé : "peut-être qu'on pourrait imaginer un lieu autour de l'art. Rien n'est décidé, mais des idées, on n'en manque pas !"

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La volonté, c'est aussi de garder une symbolique, autour de Treca. C'est à la fin des années 30 que l'histoire du groupe industriel commence à Beaugency : "à l'époque, en 1935, le fondateur Victor Moritz, veut quitter l'est de la France et la proximité de l'Allemagne, pour construire des matelas à ressort" raconte Joël Lainé. "Ici on a compté jusqu'à 1500 ouvriers. Même De Gaulle est venu à Treca"

La fin de l'histoire en 2012 avec le déménagement à Mer

Mais au fil des rachats de l'entreprise familial, par différents groupe, les effectifs baissent à Beaugency, jusqu'au déménagement de l'usine à Mer, dans le Loir-et-Cher, en 2012. 

Un des rares vestiges du fabricant de matelas à Beaugency
Un des rares vestiges du fabricant de matelas à Beaugency © Radio France - Anne Oger

L'heure est maintenant aux discussions avec le propriétaire du groupe et du site, Adova, pour lui racheter cet emplacement et procéder à la dépollution. Il faudra aussi prendre en charge quelques personnes qui squattent l'usine depuis plusieurs années, et qui ont reçu une injonction de quitter les lieux, de la part du propriétaire. "Nous allons les accompagner" promet Jacques Mesas, le maire de Beaugency.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess