Faits divers – Justice

EN IMAGES - Il y a quarante ans, les émeutes à Creys-Malville contre le projet de centrale nucléaire Superphénix

Par Denis Souilla, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Isère et France Bleu lundi 31 juillet 2017 à 3:00

Des manifestants anti-nucléaire sont rassemblés le 31 juillet 1977 à Creys-Malville, pour manifester contre la création de la centrale nucléaire Superphénix
Des manifestants anti-nucléaire sont rassemblés le 31 juillet 1977 à Creys-Malville, pour manifester contre la création de la centrale nucléaire Superphénix © AFP -

Voilà quarante ans que des émeutes ont émaillé le Nord-Isère contre le projet de centrale nucléaire Superphénix. Lors du début des travaux, des manifestations avaient déjà réuni près 20 000 personnes. Le 31 juillet 1977, de violents affrontements entre opposants et forces de l'ordre font un mort.

Creys-Malville. Le nom du site de la centrale nucléaire "Superphénix", dans le Nord-Isère, est toujours synonyme, quarante ans après, de violents affrontements entre forces de l'ordre et opposants anti-nucléaires. Le 31 juillet 1977, ce sont 40 000 à 90 000 manifestants, selon les chiffres donnés par les autorités ou les organisateurs du rassemblement, qui se retrouvent sur le site choisi par le gouvernement Chirac en 1974.

Des écologistes venus d'Italie, Suisse et Allemagne, des riverains, des agriculteurs, des syndicalistes, des élus socialistes et communistes, tous se retrouvent ce dimanche de1977 pour marcher contre ce projet du plus puissant surgénérateur au monde à l'époque. Deux jours avant, René Jannin, préfet de l'Isère, avait rappelé que le site du chantier était une zone interdite. Pour canaliser les manifestants et les empêcher de pénétrer sur le site, le représentant de l'État avait alors dépêché sur place près de 5000 CRS gendarmes et gardes mobiles, des hélicoptères, des véhicules amphibies, des ponts mobiles, un régiment de gendarmes parachutistes et des membres des brigades anti-émeutes.

→ À lire aussi : Superphénix : 40 ans après les frères de Vital Michalon dénoncent toujours la "violence d'Etat"

Vital Michalon, une mort devenue symbole

Après les affrontements qui se sont déroulés dans le secteur de Creys-Malville et Morestel le 31 juillet 1977, cinq gendarmes et policiers ont blessés, deux grièvement dont l'un aura la main arrachée par une grenade. Du côté des manifestants, une centaine de personnes ont été blessées, dont deux grièvement, main et pied mutilés. On comptera également un mort : Vital Michalon, professeur de physique, pacifiste, âgé de 31 ans. Ce Drômois sera blessé mortellement par la déflagration d'une grenade. Par la suite, après autopsie, l'enquête n'a déterminé aucune responsabilité et la justice administrative a prononcé un non-lieu.

→ Lire aussi : Superphénix - il y a quarante ans, Vital Michalon mourrait en manifestant contre la centrale nucléaire

PHOTOS - Les affrontements du 31 juillet 1977

Des manifestants anti-nucléaire sont rassemblés le 31 juillet 1977 à Creys-Malville, pour manifester contre la création de la centrale nucléaire Superphénix. - AFP
Des manifestants anti-nucléaire sont rassemblés le 31 juillet 1977 à Creys-Malville, pour manifester contre la création de la centrale nucléaire Superphénix. © AFP
  - Maxppp
© Maxppp -
Un manifestant est transporté par des infirmiers le 31 juillet 1977 à la suite de heurts violents entre la police et les opposants à la construction de la centrale nucléaire Superphénix à Creys-Malville  - AFP
Un manifestant est transporté par des infirmiers le 31 juillet 1977 à la suite de heurts violents entre la police et les opposants à la construction de la centrale nucléaire Superphénix à Creys-Malville © AFP
  - Maxppp
© Maxppp -

"Avec Giscard, Marchais ou Mitterrand, non, non, non au programme nucléaire"

  - Maxppp
© Maxppp -
  - AFP
© AFP

"Nucléaire, choix suicidaire"

  - AFP
© AFP

"Les jeunes de Faverges, non à la centrale"

  - AFP
© AFP

"Surgénérateur = surdestructeur"

  - AFP
© AFP
  - AFP
© AFP

Le stade de Morestel (Isère) et les campements des manifestants anti-nucléaires en juillet 1977.

Le stade de Morestel - Maxppp
Le stade de Morestel © Maxppp -
La centrale électrique de Creys-Malville, sur la commune de Creys-Mépieu, en Isère - Radio France
La centrale électrique de Creys-Malville, sur la commune de Creys-Mépieu, en Isère © Radio France - Denis Souilla