Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

EN IMAGES - Colère et recueillement pour l'hommage à Stéphanie, la victime du féminicide d'Hayange

Un rassemblement était organisé ce mercredi soir en hommage à Stéphanie, la jeune femme tuée par son conjoint dans la nuit de dimanche à lundi, à Hayange (Moselle). Dans ce moment de recueillement, certains ont aussi exprimé leur colère contre le système judiciaire.

Autour du maire d'Hayange, de nombreux habitants sont venus exprimer leur soutien aux proches de la victime.
Autour du maire d'Hayange, de nombreux habitants sont venus exprimer leur soutien aux proches de la victime. © Radio France - Natacha Kadur

Après la stupeur, le temps est à l'hommage, à Hayange. Dans la nuit de dimanche à lundi, Stéphanie 22 ans, a été tuée de plusieurs coups de couteau en pleine rue par son conjoint. Un rassemblement est organisé, ce mercredi, dans la ville. Les participants sont venus exprimer leur soutien aux proches de la victime, et notamment à sa fille Mia qui a assisté à l'agression, mais aussi dire leur colère. 

Les habitants sont venus exprimer leur solidarité.
Les habitants sont venus exprimer leur solidarité. © Radio France - Natacha Kadur

Polémique sur le suivi du suspect avant son passage à l'acte

Ce rassemblement à l'initiative du maire Fabien Engelmann intervient en pleine polémique. Mardi, le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri, a assuré qu'il n'y avait "pas eu de dysfonctionnement judicaire dans cette affaire". Depuis, les réactions politiques se multiplient, et le gouvernement a annoncé l'ouverture d'une mission d'inspection

"Stop aux violences"
"Stop aux violences" © Radio France - Natacha Kadur

La violence du meurtre suscite la colère mais aussi beaucoup d'effroi parmi les personnes rassemblées, dont Zaia, une habitante qui se souvient d'avoir été la cible de violences conjugales il y a quelques années : "Je me rappelle appeler la gendarmerie à chaque fois et m'entendre dire : 'tant qu'il n'y a rien de grave, on ne peut pas se déplacer'. Le même cas à peu près. Un homme qui boit et qui devient violent, c'est dangereux. Il ne pense pas aux enfants. Ce sont les enfants qui vont subir maintenant"

La victime hayangeoise avait signalé la violence de son conjoint par un dépôt de plainte, en novembre dernier, mais celle-ci n'a pas été transmise à la justice. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

43e féminicide en 2021

Le cortège rassemblé devant la mairie a parcouru les quelques centaines de mètres qui séparent l'hôtel de ville de l'endroit où la victime est morte, devant son domicile situé en face du commissariat de la ville, fermé le soir. Au pied de cet immeuble, des habitants ont déposé plusieurs dizaines de bouquets de fleurs. Parmi eux, Daniel, cousin du père de la victime, dont Stéphanie était le seul enfant, a du mal à trouver les mots : « Elle ne méritait pas ça. Comme toutes les victimes de féminicides. Il y en a plein des cas comme elles, des femmes qui se font battre, à un moment donné il faudra agir. »

"Une fois de trop", peut-on lire sur cette banderole.
"Une fois de trop", peut-on lire sur cette banderole. © Radio France - Natacha Kadur
Des fleurs ont été déposées devant le domicile de la victime.
Des fleurs ont été déposées devant le domicile de la victime. © Radio France - Natacha Kadur
Des photos et des fleurs, pour se souvenir de la jeune femme de 22 ans.
Des photos et des fleurs, pour se souvenir de la jeune femme de 22 ans. © Radio France - Natacha Kadur
Des anonymes ont tenu à rendre hommage à Stéphanie.
Des anonymes ont tenu à rendre hommage à Stéphanie. © Radio France - Natacha Kadur
Choix de la station

À venir dansDanssecondess