Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

En Isère, trois "gilets jaunes" convoqués devant le tribunal correctionnel en avril

lundi 24 décembre 2018 à 16:28 Par Xavier Demagny, France Bleu Isère

Trois des quatre "gilets jaunes" interpellés samedi à Voreppe (Isère) lors des affrontements avec les forces de l'ordre seront poursuivis devant le tribunal correctionnel de Grenoble. Ils ont été convoqués en avril.

Des affrontements ont eu lieu samedi entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre près du péage de Voreppe (Isère).
Des affrontements ont eu lieu samedi entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre près du péage de Voreppe (Isère). © Radio France - Élisa Montagnat

Voreppe, France

La journée de samedi a été tendue, à Voreppe (Isère), aux abords du péage, entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre. Quatre hommes avaient été interpellés, dans des affrontements avec les forces de l'ordre. Trois d'entre eux seront poursuivis devant le tribunal correctionnel de Grenoble. 

Un éducateur, un routier et un intérimaire

Parmi ces "gilets jaunes", un éducateur de 55 ans est poursuivi pour "participation à un attroupement après sommation". Un chauffeur routier de 36 ans est lui convoqué pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, participation à un attroupement après sommation et détention de produits stupéfiants". 

Enfin contre le dernier, un jeune homme de 23 ans, intérimaire, le parquet a retenu les infractions suivantes : "rébellion, dissimulation volontaire de visage sans motif légitime, participation sans arme à un attroupement après sommation". Ces "gilets jaunes" sont convoqués au mois d'avril.