Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Mayenne, l'histoire d'une voiture folle conduite par un automobiliste fantôme

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est une affaire stupéfiante qui a été jugée au tribunal correctionnel de Laval ce vendredi. Un automobiliste au comportement dangereux, qui prend des risques considérables à Argentré. Mais l'homme, qui s'est présenté devant la justice, a nié les faits. Il a été relaxé faute de preuves.

Le tribunal de Laval - image d'illustration.
Le tribunal de Laval - image d'illustration. © Radio France - Charlotte Coutard

L'histoire remonte à l'été 2017 à Argentré, un village de l'agglomération lavalloise. En début d'après-midi, le 29 juillet, un automobiliste commet plusieurs infractions qui mettent la vie des autres usagers de la route en danger, souligne la présidente du tribunal correctionnel : dépassement dangereux, vitesse excessive, panneau "stop" grillé, franchissement d'une ligne continue. Une patrouille de gendarmerie le somme de s'arrêter. Il refuse et poursuit son périple. Une course-poursuite s'engage. 

L'enquête des gendarmes va prendre du temps pour retrouver le conducteur, les militaires n'ayant qu'une très vague description physique. Un homme est pourtant identifié. Il a 33 ans et vit dans le Sud-Ouest. Il ne comprend pas pourquoi la justice s'intéresse à lui. A la barre, il nie avoir été au volant de cette voiture ce 29 juillet 2017 sur les routes de la campagne mayennaise et affirme qu'il s'était séparé de ce véhicule depuis plusieurs années. 

Les magistrats sont bien embêtés pour le juger. Vu le dossier, mal ficelé, vu la vague description physique, ils n'ont aucun moyen de prouver qu'il était bien l'automobiliste fou d'Argentré. Le trentenaire est donc relaxé, faute de preuves. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess