Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

En Mayenne, le maire de Saint-Baudelle condamne sans réserve les tags anti-police découverts sur sa commune

mercredi 5 décembre 2018 à 20:59 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Des inscriptions anti-police ont été découvertes dans ce village près de Mayenne. La municipalité a décidé de porter plainte.

illustration
illustration © Radio France

Saint-Baudelle, France

Ce qui a été inscrit, sur des panneaux de signalisation, sur la route et sur le mur d'une maison, est connu de la police et de la gendarmerie.
"ACAB", un acronyme anglais pour "all cops are bastards". En français _"tous les flics sont des salauds"_. Un slogan violent qui puise son origine dans le mouvement skinhead et qui a été popularisé dans les années 80 lors des grèves des mineurs en Grande Bretagne.

Récemment, "ACAB" a été tagué sur les Champs-Elysées lors de la manifestation des gilets jaunes qui a dégénéré. On l'a également vu au cours des rassemblements contre la Loi Travail au printemps 2016 ou sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

illustration - Radio France
illustration © Radio France

Mais pourquoi à Saint-Baudelle, commune tranquille de la campagne mayennaise ?
Le maire Maurice Boisseau s'interroge : "je condamne ces tags qui ne grandissent pas ceux qui les écrivent. C'est inquiétant et ça reste déstabilisant. Je ne sais pas quel lien établir avec le climat actuel. Je déplore ces comportements qui ne sont pas de nature à l'apaisement"

La mairie a porté plainte et le propriétaire de la maison ciblée va faire de même. Il a découvert ces inscriptions en sortant de chez lui pour emmener ses enfants à l'école. "C'est violent" nous-a-t-il confié.
Le ou les auteurs auraient mené cette action de vandalisme mardi soir ou dans la nuit de mardi à mercredi. La gendarmerie est chargée de l'enquête.