Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Mayenne, "l'offre de soins sera préservée" cet été malgré 200 lits fermés, assure la direction des hôpitaux

-
Par , France Bleu Mayenne

Le syndicat Force Ouvrière annonçait ce 25 mai sur France Bleu Mayenne, la fermeture de 200 lits d'hôpitaux en Mayenne cet été. Le directeur du groupement hospitalier confirme ce 28 mai mais assure que cela n'aura pas d'impact "sur l'offre de soins".

L'hôpital de Laval
L'hôpital de Laval © Radio France - Aurore Richard

200 lits vont fermer dans les centres hospitaliers du département cet été, le syndicat Force Ouvrière l'annonçait ce 25 mai sur l'antenne de France Bleu Mayenne. Trois jours plus tard, la direction du groupement hospitalier confirme ce chiffre mais elle se veut rassurante

"Les fermetures d’été ne réduisent pas l’offre de soins et les spécialités sont préservées. La prise en charge des patients nécessitant une hospitalisation, des avis spécialisés ou actes techniques sera assurée. Enfin, les activités Covid sont maintenues. Bien entendu, ces fermetures sont temporaires.", précise le directeur du GHT, André-Gwénaël Pors. 

Un nombre de fermetures équivalent aux années précédentes d'après le GHT

D'après lui, ce chiffre de 200 lits fermés est semblable à celui de 2019 par exemple avec 199 fermetures. C'était 150 à l'été 2020. Des fermetures "réparties sur des périodes de trois ou quatre semaines entre juillet et août, pour s'adapter aux activités de chaque établissement", indique le directeur du GHT de la Mayenne et du Haut-Anjou. 

André-Gwénaël Pors évoque aussi des remplacements de personnels plus difficiles "du fait d'un marché du travail paramédical tendu". Il donne trois raisons : des recrutements ont déjà eu lieu depuis un an, l'absentéisme reste supérieur au niveau d'avant-crise et des postes sont vacants à cause de mobilités internes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess