Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En Mayenne, un homme pointe un fusil en direction des gendarmes : "nos vies ont failli basculer"

-
Par , France Bleu Mayenne

Un habitant de L'Huisserie pointe une carabine en direction d'une patrouille de gendarmerie, une affaire qui remonte à la soirée du 12 novembre dernier. Cet homme de 31 ans est venu s'expliquer devant le tribunal correctionnel. Les gendarmes ont dit avoir eu très peur ce soir-là.

Gendarmes gendarmerie véhicule gyrophare
Gendarmes gendarmerie véhicule gyrophare © Radio France - Bénédicte Dupont

_"Nos vies ont failli basculer"_explique l'un des gendarmes qui est intervenu ce soir-là. Ce sous-officier raconte que c'est la première fois de sa carrière qu'un homme braque un fusil sur lui. Et il rappelle le contexte particulier de cette délicate opération, la date, comme un symbole, le 12 novembre, soit la veille d'un triste et dramatique anniversaire. 5 ans plus tôt, les attentats du Bataclan et des terrasses.

"Pose ton arme"

Alors, quand la brigade reçoit un appel d'un riverain signalant la présence d'un individu armé, en pleine nuit, dans les rues de la commune, on peut imaginer l'angoisse. Les gendarmes arrivent sur les lieux, prudemment. Il n'est plus là mais ils savent où il habite. Il était venu dans le quartier pour s'expliquer avec une de ses connaissances avec laquelle il est en conflit.

Il nie avoir visé sciemment les gendarmes

La patrouille débarque à son domicile. Soudainement, il sort avec une carabine, vise les gendarmes, lui dément l'avoir fait. Les militaires le mettent en joue, "pose ton arme" crient-ils, et utilisent un taser pour le neutraliser. Cet habitant de L'Huisserie, fragile psychologiquement, suit un lourd traitement médicamenteux, il boit aussi de l'alcool, "pour avoir une vie comme les autres" se justifie-t-il. Il comprend que les gendarmes aient eu peur mais estime, paradoxalement, que son comportement ne représentait pas une menace, surtout pas une menace de mort.

L'affaire a été mise en délibéré au 2 février. Le Parquet a requis une peine de 6 mois de prison avec sursis.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess