Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

En plein confinement, en Haute-Savoie, un jeune de 24 ans se tue en ski de randonnée dans le Mont-Blanc

Ce dimanche, les gendarmes de haute montagne de Chamonix ont découvert le corps d'un skieur haut-savoyard de 24 ans. Malgré l'interdiction de toute activité de montagne, il a fait une chute de 300 mètres.

intervention dans le massif du Mont-Blanc
intervention dans le massif du Mont-Blanc © Radio France - Lionel Cariou

La disparition n'a été signalée que ce dimanche matin. Un jeune du coin, un gamin des Houches de 24 ans, est parti la veille, samedi, sans doute le matin, seul, malgré l'arrêté préfectoral qui interdit toute activité de montagne.  Ce sont ses proches qui ont fini par s'inquiéter et ont prévenu les secours dimanche matin. Les gendarmes du PGHM de Chamonix ont découvert son corps, à 2.200 mètres d'altitude, entre midi et 14 heures en aval du Nid d'Aigle, dans le massif du Mont Blanc. 

Selon les premières constatations, le jeune a dévissé et fait une chute de 300 mètres. "Un accident extrêmement violent" résume le commandant Stéphane Bozon. On peut penser que la victime se rendait vers le refuge du Goûter. Il suivait la ligne de chemin de fer du Tramway du Mont-Blanc, enneigée, très dangereuse, avec des pentes très raides, lieu de nombreux accidents mortels.  

Les infractions s'accumulent malgré l'interdiction préfectorale

Le commandant du peloton de gendarmerie de haute-montagne de Chamonix martèle le message qui a tant de mal à passer. "Le confinement s'applique à tout le monde. La veille, le samedi, on a dressé quatre procès-verbaux. En pleine intervention, lorsque nous avons découvert le corps de ce malheureux jeune homme, on a repéré et sanctionné un peu plus bas des pratiquants de l'alpinisme. Pourtant l'arrêté préfectoral est clair ! Aucune activité en montagne d'un dénivelé supérieur à 100 mètres."

"En plein confinement, on ne peut pas encombrer les urgences avec des accidents de montagne." - Le commandant Stéphane Bozon

Pour Stéphane Bozon, "la plupart des gens respectent, mais on a des irréductibles qui, en plus, n'acceptent pas qu'on les verbalisent. Et moi je ne peux pas envoyer des hélicoptères dès que ces personnes font n'importe quoi. On en a vu qui se confinaient à plusieurs dans les refuges ! En terme de risque de contamination, c'est irresponsable. "

" Respectons le confinement ! Même en montagne ! "

Argument supplémentaire important à savoir : le PGHM n'a pas avec lui de médecin en ce moment, le corps médical étant entièrement mobilisé dans la lutte contre le Covid-19. "On ne peut pas encombrer les urgences avec des accidents de montagne. Ce n'est pas possible ! Plus on respectera tous ce confinement, plus vite on en sortira." Le militaire le redit haut et fort : "On se dit qu'on part seul en montagne et qu'on ne risque rien. On a malheureusement la preuve que ce n'est pas vrai ! Ce pauvre garçon n'avait rien à faire là où il est mort. Respectons le confinement ! Même en montagne ! " 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess