Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

En quelques semaines, la moitié des radars fixes a été vandalisée en Mayenne

mardi 27 novembre 2018 à 18:29 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Les radars fixes, installés dans le département, ont été pris pour cible. De nombreux appareils ont subi des dégradations. Y'a-t-il un lien avec le mouvement des gilets jaunes ?

illustration radar vandalisé
illustration radar vandalisé © Maxppp - Maxppp - Vincent Cressard

Assé-le-Bérenger, France

Sur les réseaux sociaux, on trouve bien des appels à neutraliser les radars automatiques afin de faire perdre de l'argent à l'Etat. Selon le site spécialisé dans ce domaine, Radars-Auto.com, plus de 600 appareils ont été vandalisés sur l'ensemble du territoire, certains découpés à la meuleuse. Soit 20% du parc national. La facture, pour les remettre en état de fonctionnement, pourrait être de plusieurs millions d'euros.

Alors, chez nous, en Mayenne, il y a sur le réseau routier 21 radars fixes. La moitié a subi des dégradations.  Les anti-radars les recouvrent de peinture ou d'un sac plastique, comme à St Christophe-du-Luat, à Saint-Fort ou sur la route entre Azé et Gennes-sur-Glaize. Un appareil a même été entièrement incendié à Assé-le-Bérenger.

►►Découvrez la carte des radars vandalisés en Mayenne

Une plainte est déposée à chaque fois. Des relevés d'empreintes digitales sont effectués pour tenter de retrouver les auteurs qui s'exposent à de fortes amendes et même des peines de prison.

La remise en état d'un radar vandalisé peut coûter cher à la collectivité. Un appareil brûlé, par exemple, ce sont plusieurs dizaines de milliers d'euros.
Autant d'argent, souligne la Préfecture, qui n'est pas reversé au fonds d'indemnisation des victimes de la route.