Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

En Vendée, des gilets jaunes offrent des fleurs aux policiers pour défendre la fraternité

vendredi 7 décembre 2018 à 19:37 Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Des gilets jaunes ont symboliquement remis un bouquet de fleurs au patron des policiers vendéens ce vendredi à la Roche-sur-Yon. Un geste pour défendre la fraternité, et souligner l'absence de violences en Vendée.

Laurent Dufour, le DDSP 85, remercié par Julien et Jean-Baptiste
Laurent Dufour, le DDSP 85, remercié par Julien et Jean-Baptiste © Radio France - Emmanuel Sérazin

La Roche-sur-Yon, France

Des gilets jaunes se sont présentés au commissariat de la Roche-sur-Yon ce vendredi en fin de matinée, en demandant à voir le Directeur Départemental de la Sécurité Publique. Motif : ils voulaient lui remettre un bouquet de fleurs pour souligner le respect mutuel entre manifestants et forces de l'ordre depuis le début du mouvement en Vendée.

En tenue opérationnelle, prêt à intervenir face aux lycéens, Laurent Dufour a reçu la petite délégation dans un bureau jouxtant le hall du commissariat. Jean-Baptiste, un "sympathisant des Lucs-sur-Boulogne, mais qui n'est pas sur les rond-points" est à l'origine de l'idée, après avoir déjà déposé un bouquet dans sa Gendarmerie. À ses côtés, Julien a lu un communiqué rédigé collectivement par les gilets jaunes des Flâneries. Ambiance ici : 

La remise des fleurs au patron des policiers vendéens

Le bouquet a été disposé à l'accueil du commissariat de la Roche-sur-Yon - Radio France
Le bouquet a été disposé à l'accueil du commissariat de la Roche-sur-Yon © Radio France - Emmanuel Sérazin

Depuis le début du mouvement des gilets jaunes, les seuls incidents se sont produits ce vendredi et hier à la Roche-sur-Yon. Les policiers ont utilisé des flashballs et des lacrymogènes pour disperser des lycéens rassemblés devant le lycée Mendès-France. Après avoir échoué jeudi, certains manifestants ont réussi ce midi à brûler deux poubelles sur la chaussée du boulevard Arago.

Un camion-citerne incendié aux Flâneries

En revanche, un acte irresponsable a été commis dans la nuit de jeudi à vendredi. Un peu avant 5h, la cabine d'un camion-citerne a été incendiée, alors que le chauffeur dormait à l'intérieur. L'homme s'est réveillé juste à temps pour sortir quasiment nu, tandis qu'un témoin tentait d'intervenir avec un extincteur. Le tracteur est entièrement détruit, et les pompiers ont empêché le feu de faire exploser la citerne. Le camion était stationné près du rond-point des Flâneries, devant une concession automobile. Les pompiers étaient déjà intervenus une heure plus tôt pour éteindre deux voitures incendiées derrière le garage.

Quand il est venu porter plainte ce midi au commissariat, le chauffeur était encore sonné :

La citerne contenait seulement un tiers de carburants, du gasoil et SP98, ce qui est encore plus dangereux, car elle était remplie de gaz ! - Le chauffeur du camion incendié

Les faits se sont produits à quelques centaines de mètres du barrage filtrant tenu par les gilets jaunes depuis bientôt un mois. Ceux présents cette nuit ont été auditionnés comme témoins. Mais le procureur de la République précise bien que pour le moment, absolument rien ne permet d'établir un lien avec le mouvement social. L'enquête ne fait que démarrer. Le chauffeur, lui, a dû escalader la carcasse calcinée de son camion, pour tenter de récupérer ses clés, avant de rentrer chez lui... pour dormir en sécurité.