Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Violences communautaires à Dijon

EN IMAGES - En déplacement à Dijon, Jean Castex promet des renforts de police pour la rentrée

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Bourgogne, France Bleu

Jean Castex, le Premier ministre, a annoncé vendredi lors d'un déplacement à Dijon, avec Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, qu'une vingtaine d'effectifs supplémentaires pour les forces de l'ordre arriveraient à Dijon à la rentrée.

Jean Castex au côté du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin à Dijon ce vendredi
Jean Castex au côté du ministre de l'intérieur Gérald Darmanin à Dijon ce vendredi © Radio France - Olivier Estran

fqgLe nouveau premier ministre, Jean Castex, et le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin sont en déplacement ce vendredi à Dijon (Côte-d'Or). Cette visite ministérielle est en rapport avec les événements qui se sont déroulés le mois dernier dans le quartier des Grésilles à Dijon. Jean Castex a tenu à apporter tout son soutien aux fonctionnaires de police et de gendarmerie un mois après les violences urbaines en centre ville et dans le quartier des Grésilles. 

"Je demeure scandalisé, comme je l'étais au début, par des comportements inadmissibles qui ont pu être perpétrés", assure Jean Castex, qui s'exprimait ce vendredi matin depuis le parvis du commissariat de Dijon. "Je suis venu vous dire le total engagement, la totale détermination du président de la République, du gouvernement de la République, à défendre celles et ceux qui sont agressés, au premier rang desquels les femmes et les hommes dont c'est la mission d'assurer la protection des autres et de la société", a-t-il expliqué.

Au commissariat de Dijon Gérald Darmanin et Jean Castex apportent leur soutien aux forces de l'ordre "agressées"
Au commissariat de Dijon Gérald Darmanin et Jean Castex apportent leur soutien aux forces de l'ordre "agressées" © Radio France

"Je demeure scandalisé, comme je l'étais au début, par des comportements inadmissibles qui ont pu être perpétrés", assure Jean Castex, qui s'exprimait ce vendredi matin depuis le parvis du commissariat de Dijon. "Je suis venu vous dire le total engagement, la totale détermination du président de la République, du gouvernement de la République, à défendre celles et ceux qui sont agressés, au premier rang desquels les femmes et les hommes dont c'est la mission d'assurer la protection des autres et de la société", a-t-il expliqué.

En déplacement à Dijon, Jean Castex promet des renforts de police pour la rentrée
En déplacement à Dijon, Jean Castex promet des renforts de police pour la rentrée © Radio France - Olivier Estran

"Dès la rentrée, d'une vingtaine d'effectifs supplémentaires au sein des forces de sécurité" - Jean Castex, Premier ministre

"C'est pour soutenir l'action et le combat contre toutes formes de violences, de communautarisme qui porteraient atteinte aux valeurs de la République que je suis ici ce matin", a indiqué Jean Castex. Il a annoncé le renforcement à Dijon "dès la rentrée, d'une vingtaine d'effectifs supplémentaires" au sein des forces de sécurité "pour accroître ses capacités d'action". "C'est logique, c'est nécessaire et c'est la matérialisation au-delà des bonnes paroles de notre volonté déterminée", a-t-il précisé.

En déplacement à Dijon, Jean Castex promet des renforts de police pour la rentrée
En déplacement à Dijon, Jean Castex promet des renforts de police pour la rentrée © Radio France - Olivier Estran

"Une vingtaine de personnes en plus c'est bien , mais pour l'instant on ne sait par encore à quoi elles seront affectées, note Cédric Bovrisse, délégué départemental du syndicat de police Alliance.  On est en sous-effectifs pour les brigades de nuit, la voie publique ou la police judiciaire. Oui ces renforts sont les bienvenus, mais on veut des personnes qui restent au sein de nos unités. Que ce soit des mutations ou de jeunes collègues qui sortent d'école. "

On compte actuellement près de 380 agents au sein du commissariat de Dijon, un effectif qui s'est réduit ces dernières années "On a perdu une cinquantaine de personnes en prés de 5 ans" remarquent les syndicats.

Aux Grésilles, on s'est senti "délaissés, abandonnés"

Aucune tension dans le quartier des Grésilles pour l'arrivée des deux ministres. En chemin pour la mairie,  ils traversent la rue pour aller rencontrer deux habitants qui désirent les interpeller.

"Monsieur le ministre, comment expliquer que même le préfet n'ait pas osé venir car il sentait en insécurité ? " demande Hamida, infirmier. "Quand la population a été livrée a elle-même, on lui a reproché s’être défendue toute seule. Il y a quelques personnes du quartier qui été maladroites, mais qui ont été condamnées pour ces maladresses. C'est vrai qu'elles ont mal agi. Mais quand les responsables du quartier sont descendus dans la rue pour dire aux jeunes de se calmer, qu'on était en République et que la police allait intervenir, et au bout de 48h, la police n'etait pas intervenue. Quelque part, on a été délaissés. Oui on s'est vraiment senti délaissés."

"On sait qu'il y a eu des violences de la part de personnes extérieures au quartier, répond Jean Castex, les coupables, les vrais coupables, on sait qui c'est, et nous appelons a ce qu'ils soient sanctionnés avec la plus grande sévérité, mais les accusés ne sont certainement pas les forces de sécurité. la police vous le savez fait un travail difficile , remarquable et elle est là pour tous nous protéger."

L’échange entre Hamida, habitant du quartier et Jean Castex

-
- © Radio France - Olivier Estran

Et maintenant, comment avancer ? -Un éducateur aux Grésilles 

La rencontre ministérielle se poursuit à l’intérieur de la mairie annexe face à des représentants associatifs, sans accès possible pour le public.

"Et maintenant  quels sont les moyens que l'on va mettre demain ? demande un éducateur face au premier ministre. On ne doit pas rester sur des effets ponctuels, sans réponses pour une population que l'on essaie d'accompagner. On est quand même dans du bricolage aujourd'hui. Quelles,perspectives peut-on donner ?"

Jean Castex face aux habitants des Grésilles

A l’écart de cette rencontre, une retraitée regarde cette agitation avec un peu de distance "Il faudrait aussi venir quand ça va bien. Moi j'habite ici depuis 9 ans, et je n'ai pas envie de déménager j'y suis très bien. Il y a plein de gens qui se battent pour nos jeunes, seul un petit noyau est mauvais, mais c'est un quartier magnifique." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess