Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

En visite aux Beaumettes 2, la ministre de la Justice défend le droit de vote des détenus

vendredi 26 octobre 2018 à 9:11 - Mis à jour le vendredi 26 octobre 2018 à 11:05 Par Camille Payan et Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Provence et France Bleu

Nicole Belloubet, la Garde des Sceaux, est à Marseille ce vendredi pour visiter la prison les Beaumettes 2, inaugurée il y a un an demi. Avant sa visite, elle a assuré sur France Bleu Provence vouloir lutter contre la surpopulation carcérale et ouvrir le droit de vote par correspondance aux détenus.

Ouverte il y a un an et demi, la prison Beaumettes 2 compte aujourd'hui 900 détenus pour 610 places.
Ouverte il y a un an et demi, la prison Beaumettes 2 compte aujourd'hui 900 détenus pour 610 places. © Maxppp - maxppp

Marseille, France

Deuxième déplacement en deux semaines dans les Bouches-du-Rhône pour la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Après avoir visité la prison de Luynes la semaine dernière, la ministre vient aux Beaumettes 2 de Marseille ce vendredi. L'établissement, ouvert il y a un et demi, est déjà surpeuplé : 900 détenus pour 610 places. 

Sur France Bleu Provence ce vendredi matin la ministre a expliqué sa politique pour lutter contre la surpopulation carcérale. Le nombre de détenus en France vient d'atteindre un nouveau record : 70.700 détenus pour moins de 60.000 places. 

"Nous voulons faire en sorte que les peines les moins lourdes ne soient pas nécessairement punies par la case prison" 

Mais le gouvernement promet aussi de nouvelles places dans les établissements pénitentiaires en France : 15.000 au total. Cela peut se traduire par la construction de nouvelles prisons comme celles des Beaumettes 3, déjà lancée, ou l'extension d'établissements. Un bâtiment de 160 places va d'ailleurs ouvrir à Aix dans les prochaines semaines. Il aura pour but de désengorger les Beaumettes 2. 

Et même si aujourd'hui le nombre de détenus ne fait qu'augmenter, la ministre de la Justice reste optimiste : "Ce n'est pas une course sans fin, notre politique consiste à agir sur les courtes peines et sur l'ouverture de nouvelles places."

Plus de prison pour les peines de moins d'un mois

La Garde des Sceaux annonce que le gouvernement va désormais interdire les peines d'emprisonnement de moins d'un mois et des aménagements pour les peines de six mois : davantage de travaux d'intérêt général ou de peines sous forme de port de bracelet électronique. "Tout dépend des situations", explique la ministre. 

Nicolas Belloubet insiste aussi sur l'intérêt des structures d'accompagnement des sorties, pour aider les futurs ex-détenus à trouver un emploi, un logement et retrouver une vie sociale. 

Le droit de vote des détenus

La ministre de la Justice vient aussi aux Beaumettes 2 pour discuter, échanger avec les détenus. Elle souhaite l'extension du droit de vote pour les détenus. Elle a annoncé sur France Bleu Provence qu'un système de vote par correspondance sous pli fermé est en projet pour que tous les détenus qui le souhaitent puissent exercer leur droit de vote lors des prochaines élections.

Jusque là, les détenus non-déchus de leurs droits civiques (soit quelque 50.000 détenus sur les 70.700 incarcérés en France) pouvaient exercer leur droit de vote par procuration ou en obtenant une permission de sortie. Des dispositifs, très peu utilisés. La question de l'extension du droit de vote des détenus fait l'objet d'un débat au niveau européen.