Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un enfant de 3 ans retrouvé mort à Nîmes, le parquet ouvre une enquête pour meurtre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Une enquête pour meurtre a été ouverte par le parquet de Nîmes ce mardi. La maman d'un petit garçon de 3 ans, retrouvé mort ce week-end, et son compagnon ont vu leur garde à vue prolongée. Les résultats de l'autopsie pratiquée révèle, selon le procureur Eric Maurel, des "violences extrêmes".

Une enquète pour meurtre a été ouverte par le parquet de Nîmes.
Une enquète pour meurtre a été ouverte par le parquet de Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

L'enfant a subi "des violences extrêmes", selon le procureur de la République, Eric Maurel. Le petit garçon âgé de 3 ans est mort suite "à des coups violents et répétés". Aucune des parties de son corps n'aurait été épargnée. Le constat est terrible, l'horreur laisse sans voix. Une enquête pour meurtre a été ouverte et la garde à vue de la maman et du beau-père prolongée.

De mémoire judiciaire, une violence particulièrement insoutenable

Le couple avait été placé une première fois en garde à vue. Les policiers nîmois devaient les entendre dans le cadre d'une procédure de "recherche des causes de la mort".  Ils avaient tenté, disaient-ils dimanche, de porter secours au petit avant que les sapeurs-pompiers ne constatent l'irrémédiable. 

À la lumière de cet effroyable éclairage, le procureur a donc décidé de prolonger la garde à vue de la maman et du beau-père qui apparemment, sous fond peut-être d'alcool et de sévices continus, en tous les cas d’extrême précarité, se rejetteraient mutuellement la faute.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu