Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Enfant torturée et tuée en Vendée : le père regrette de ne pas avoir plus insisté auprès des services sociaux

lundi 9 octobre 2017 à 18:23 Par Pascale Boucherie, France Bleu La Rochelle, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Le père d’Angèle souhaite que la vérité soit faite sur la mort de son enfant et regrette de ne pas avoir plus insisté auprès des services sociaux. La petite a été retrouvée étranglée au domicile de son ex-compagne en Vendée, à Saint-Georges-de-Pointindoux en 2014. Le procès dure toute la semaine.

Le père d'Angèle, Dylan Denis, dans la salle des pas perdus du tribunal de la Roche-sur-Yon
Le père d'Angèle, Dylan Denis, dans la salle des pas perdus du tribunal de la Roche-sur-Yon © Radio France - Pascale Boucherie

La Roche-sur-Yon, France

Le père de la petite Angèle demande à ce que la vérité soit faite sur la mort de son enfant et regrette de ne pas avoir plus insisté auprès des services sociaux. Sa petite fille a été retrouvée sans vie au domicile de son ex-compagne à Saint-Georges-de-Pointindoux (près de la Mothe-Achard) en 2014. Elle avait quatre ans.

La mère et le beau-père doivent répondre d’actes de tortures et de barbarie. La mère est également poursuivie pour meurtre ; elle encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Tous deux sont jugés depuis ce lundi devant la cour d'assises de Vendée à la Roche-sur-Yon. Quand le petit corps de l'enfant est retrouvé étranglé, couvert d’ecchymoses et brûlé à 30%, cela fait presque deux ans que le père biologique n’a plus de nouvelles. Gravement malade, il ne peut plus exercer son droit de visite mensuelle. Il habite Montendre en Charente-Maritime et assiste au procès en tant que partie civile.

J'aimerais connaître la vérité. C'était une petite fille heureuse. C'était mon enfant, ma protégée, ma fille. J'aurais peut-être dû insister plus auprès des services concernés, pour qu'ils découvrent le vrai visage de la mère." - Dylan Denis

L'enquête des services sociaux conclue à l'absence de danger

Devant une assemblée clairsemée, la cour retrace l’histoire de cette petite fille née de parents très jeunes, 17 et 18 ans. La vie de famille en Charente à Saint-Vallier dure 15 mois. La mère finit par partir avec sa fille chez un ancien camarade de classe dans le Val de Marne. Les mauvaises fréquentations prennent le dessus. Le père découvre sur Facebook des photos avec beaucoup de joints et beaucoup d'alcool, il alerte les services sociaux. L'enquête conclut à l'absence de danger pour la petite fille. A la barre l’ancien ami d’enfance devenu amant parle d’une relation mère-fille fusionnelle. Pour lui "les faits reprochés sont irréels" et ne reflètent pas la réalité de ce qu’il a vécu.La mère déménage encore, en Vendée cette fois-ci chez un nouveau petit-ami. L'enfant mourra trois semaines plus tard.

Dans le box des accusés le beau-père se tient très droit, il est habillé avec soin. La mère, elle, assiste à l’audience pliée en deux par des contractions musculaires à l’abdomen. Elle explique que c’est à cause de ce qui est dit de sa personnalité, l’experte parle d'instabilité et d’auto-destruction. Son avocat a la lourde tâche d'expliquer l'inexplicable :

Pour tout un chacun, c'est incompréhensible d'imaginer un parent qui donne la mort à son enfant. L'objet du procès va être d'essayer de comprendre comment on en arrive à une situation pareille."- Loïc Cabioch, avocat de la mère.

Maître Loïc Cabioch, avocat de la mère d'Angèle, au palais de justice de la Roche-sur-Yon. - Radio France
Maître Loïc Cabioch, avocat de la mère d'Angèle, au palais de justice de la Roche-sur-Yon. © Radio France - Pascale Boucherie