Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Enfant victime d'une noyade à Châteauroux : le procès a lieu ce jeudi

mercredi 27 juin 2018 à 19:33 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

La ville de Châteauroux est jugée ce jeudi en correctionnelle avec cinq autres personnes physiques dans l'affaire de la noyade accidentelle d'un enfant à l'été 2016 à la piscine à vagues de Belle-Isle.

Piscine (illustration)
Piscine (illustration) © Maxppp - Photographe: Remi WAFFLART

Châteauroux, France

Il est environ 11h, ce matin du vendredi 15 juillet 2016, lorsque le petit Ilyès, 3 ans et demi, est retrouvé inconscient dans l'eau, à la piscine à vague de Belle-Isle à Châteauroux, alors qu'il participait à une sortie du centre de loisirs de La Valla avec une trentaine d'autres enfants. Les circonstances de l'accident restent floues. L'enfant, évidemment, ne savait pas nager. Il sera pris en charge par les secours et pourra être réanimé mais il garde des séquelles physiques. Il est aujourd'hui âgé de 5 ans et demi.

Tenter d'établir des responsabilités dans ce drame

A-t-il échappé à la surveillance des maîtres nageurs ? Y'avait-il assez de surveillants au bord de la piscine ? Les adultes du centre de loisirs de La Valla qui encadraient la sortie ont-il failli à leurs responsabilités ? C'est ce que devra déterminer ce procès en correctionnelle. Au total, cinq personnes physiques (des agents de baignade ou des encadrants du centre de loisirs) sont renvoyées devant le tribunal pour "blessures involontaires".

D'après l'avocat de la municipalité, "il y avait ce jour-là trois surveillants pour trente enfants", ce qui est selon ses dire "largement réglementaire". La ville de Châteauroux est poursuivie comme personne morale dans cette affaire. La justice cherche à vérifier s'il y avait des défauts dans les équipements et si les visites de contrôles avaient été effectuées correctement. L'audience démarre à 13h30.