Faits divers – Justice

Enlèvement de Bérenyss : efficacité de l'alerte enlèvement et du fichier national des empreintes génétiques

Par Angeline Demuynck, France Bleu Sud Lorraine mercredi 29 avril 2015 à 11:22

Yves Le Clair, le procureur de Briey
Yves Le Clair, le procureur de Briey © Maxppp

Selon Yves Le Clair, le procureur de la République de Briey, l'alerte enlèvement et le fichier national des empreintes génétiques ont joué un rôle déterminant dans l'identification du ravisseur présumé de la petite Bérenyss.

Un agriculteur meusien de 48 ans a été interpellé ce mardi 28 avril, soupçonné d'avoir enlevé la petite Bérényss jeudi devant son domicile de Sancy en Meurthe-et-Moselle. L'homme a été identifié grâce à son ADN car il venait d'être inscrit au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Un fichier créé en 1998 qui recense à la fois "les personnes condamnées par une juridiction mais également celles pour lesquelles il existe des indices graves et concordants qu'elles aient commis une infraction ", rappelle Yves Le Clair. "C'est dans ce cadre là que l'individu interpellé a fait l'objet d'un prélèvement ", explique le procureur de la République de Briey. Plus de 2.6 millions de personnes sont inscrites sur ce fichier.

L'alerte enlèvement : un dispositif efficace

Autre dispositif qui a bien fonctionné dans le cas de l'enlèvement de Bérenyss : l'alerte enlèvement . "C'est la troisième fois que ce dispositif est utilisé dans le ressort de la cour d'appel de Nancy, précise Yves Le Clair, et à chaque fois l'enfant a été retrouvé ".

L'homme placé en garde à vue devrait être mis en examen ce mercredi 29 avril.

 

 

Le procureur de Briey, Yves Le Clair, en charge de l'enquête sur l'enlèvement de Bérényss