Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Enlèvement de Mia dans les Vosges

Enlèvement de Mia : le profil inquiétant des ravisseurs présumés de la fillette dans les Vosges

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

"Profil apparenté à la mouvance survivaliste" et "proches des thèses de l'ultra-droite" : selon plusieurs sources, les hommes interpellés dans l'enquête sur l'enlèvement de la petite Mia, mardi dans les Vosges, ont un profil préoccupant. L'enfant et sa mère n'ont pas encore été retrouvées.

Mia a été enlevée le 13 avril dans les Vosges
Mia a été enlevée le 13 avril dans les Vosges - Alerte enlèvement / site gouv.fr

Trois individus, interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi en Ile-de-France, sont suspectés d'être les trois hommes qui ont enlevé Mia, 8 ans, chez sa grand-mère dans les Vosges, le 13 avril. Un enlèvement par ruse et sans violence, auquel pourrait être liée la mère de l'enfant, qui n'en a plus la garde. Mia et sa mère, Lola Montemaggi, sont activement recherchée. Lors d'une conférence de presse, ce vendredi, le procureur de la République d'Epinal a annoncé qu'un quatrième individu avait été arrêté jeudi en Meurthe-et-Moselle.

Le profil des trois suspects est complexe et inquiétant. Les trois hommes, placés en garde à vue pour "soustraction de mineurs en bande organisée", ont été transférés dans les Vosges pour être interrogés. Ils seront présentés vendredi en fin de journée au parquet de la Juridiction interrégionale spécialisée de Nancy. Selon franceinfo, ils sont connus de la DGSI, la direction générale de la sécurité intérieure, pour leur appartenance au mouvement survivaliste. Le terme désigne celles et ceux qui se préparent à une catastrophe en se mettant en marge de la société. 

Des matériaux destinés à fabriquer des explosifs saisis

Survivalistes, ces hommes seraient aussi "proches des thèses de l’ultra-droite" selon le quotidien Le Parisien et "jugés potentiellement dangereux". Le journal affirme que des explosifs "de type militaire" ont été saisis dans l’appartement où ils ont été interpellés, dans le XIXe arrondissement de Paris. 

Au cours de perquisitions, 3 kilos d’engrais et autres matériaux destinés à fabriquer des explosifs artisanaux ont été saisis, ainsi que des cartes routières de l’est de la France et de la Belgique, a indiqué une source proche de l’enquête à franceinfo ce vendredi. 

Le parquet national anti-terroriste informé

A l'Agence France Presse, le procureur de la République d'Epinal a indiqué qu'ont été "saisis chez une des personnes des éléments qui ont intéressé le Pnat", le parquet national anti-terroriste. Ils s'agit des éléments pouvant entrer dans la composition d’explosifs, retrouvés chez un jeune homme de 23 ans arrêté en Seine-et-Marne."Le Pnat s’est saisi de cet aspect là du dossier" précise Nicolas Heitz. 

Ces éléments concourent à dresser un portrait surprenant et préoccupant des suspects. Lola Montemaggi, la mère de Mia, avait, fin décembre, exprimé le "projet de partir en camping-car avec sa fille dans le but de passer 'en dessous des radars de la société". Privée de la garde de sa fille, dont elle refusait la scolarisation, elle ne répondait plus aux convocations judiciaires depuis le début de l'année.

Selon les gardés à vue, c'est Lola Montemaggi qui les a contactés via internet. Ils revendiquent d'ailleurs, pour trois d'entre eux, leur action, estimant avoir contribué à sauver une petite "injustement séparée" de sa mère. L'un d'entre eux se présente comme un "résistant comme la barbarie du système".

Mia et sa mère Lola sont toujours recherchées. Selon France Bleu Drôme Ardèche, des vérifications ont eu lieu dans la Drôme où la petite fille de 8 ans est née en janvier 2013. C'est à Montélimar que vivait sa mère quand elle a accouché et Lola Montemaggi a vécu plusieurs années dans la région où elle a encore des attaches. Les enquêteurs ont vérifié des points de chute possibles, comme ils avaient perquisitionné son appartement d'Epinal. En vain.

Toute personne ayant des informations sur cet enlèvement doit appeler le 0800 36 32 68. L'alerte enlèvement, lancée mardi soir, a été levée au bout de trois heures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess