Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Enlèvement et course poursuite en voiture : trois jeunes condamnés par le tribunal de Mont-de-Marsan

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Un jeune homme de 23 ans et ses deux complices ont enlevé un homme, en le séquestrant dans le coffre d'une voiture avant de s'enfuir sur l'autoroute. Arrivés à Bordeaux, ils ont pris la rocade à contresens. Ils ont été condamnés ce mardi par le tribunal de Mont-de-Marsan.

La course poursuite a eu lieu sur l'autoroute entre Mont-de-Marsan et Bordeaux
La course poursuite a eu lieu sur l'autoroute entre Mont-de-Marsan et Bordeaux © Radio France - Renaud Biondi-Maugey

"On parle de quelqu'un qui n'a pas de limites, qui vit dans un film de gangsters", c'est en ces termes que la substitut du procureur a désigné le principal prévenu, ce mardi 1er décembre, au tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan. Les faits, qui remontent à septembre dernier, peuvent effectivement faire penser à un film d'action. Le prévenu, un jeune homme de 23 ans, au casier judiciaire déjà lourd de 10 condamnations, rencontre sa future victime en prison. Il lui prête de l'argent, 5 000 euros, selon le prévenu. Une somme qu'il peine à se faire rembourser : son ex-codétenu ne lui répond plus. 

Pour récupérer cet argent, le jeune homme décide de se rendre à Mont-de-Marsan, devant le domicile de la victime, avec sa compagne, âgée de 23 ans, et un ami, âgé de 19 ans. Selon les trois complices, le but de l'opération est seulement de récupérer l'argent. Mais le principal prévenu, emmène avec lui un revolver en plastique. "Pourquoi vous emmenez cette arme ?" lui demande la juge lors de l'audience. "Je ne sais pas... Je ne sais pas ce qui m'a pris" répond le jeune homme aux longs cheveux bruns attachés en chignon. 

Une patrouille de police voit la victime leur faire signe

Rapidement, l'opération tourne mal. Le prévenu roue de coups son ancien codétenu, en s'aidant de la crosse du revolver et il le pousse dans le coffre de la voiture. 

Mais, nouveau rebondissement, une patrouille de police voit la victime leur faire signe depuis le coffre du véhicule. Les trois complices, pris de panique à la vue des policiers, s'enfuient par l'autoroute, jusqu'à Bordeaux. Là, ils prennent la rocade en sens inverse, pour échapper aux policiers, avant de sortir par une bretelle. Le véhicule est retrouvé un peu plus tard, vide : les trois complices se sont enfuis, la victime aussi, de son côté. 

"Je regrette, j'ai été complètement dépassé par les événements"

Les avocats de la défense le soulignent à plusieurs reprises : aucun des trois prévenus ne savait ce qui allait se passer en y allant, surtout les deux complices, au casier judiciaire vierge. Le principal prévenu, qui sortait de prison, à peine quelques jours avant les faits, l'affirme également : il ne voulait pas que ça aille si loin : "Je regrette, j'ai été complètement dépassé par les événements" déclare-t-il. 

Sa compagne, voix tremblante, menue, enveloppée dans une veste en fausse fourrure, s'excuse à plusieurs reprises : "Je regrette, j'aurais dû faire plus pour l'arrêter." La jeune femme, aide à domicile, est considérée comme un bon élément par son patron. "Elle s'est retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment", plaide son avocate, qui souligne aussi que la jeune femme n'était pas au courant des 10 condamnations de son compagnon. 

Quant au troisième complice : "Il n'a que 19 ans. Il a eu très peur, même s'il ne vous le dira pas, par pudeur", souligne sa défense. 

"Une scène de bandits, de mafieux, de règlement de compte"

"Les faits sont extrêmement graves", rappelle la substitut du procureur à plusieurs reprises. "La victime n’est certes pas parfaite, ni complètement innocente", reconnaît le parquet. Elle n'est d'ailleurs pas présente à l'audience et n'a pas porté plainte, par crainte de représailles, selon la substitut. Néanmoins, les faits ressemblent à "une scène de bandits, de mafieux, de règlement de comptes", souligne le parquet, qui requiert 6 mois de prison avec sursis pour les complices et 4 ans de prison pour le principal prévenu. 

Pour l'avocat du jeune homme de 23 ans, "Si vous le renvoyez en prison, vous allez en faire quelqu'un d'encore plus violent." Il y retournera pourtant. Il écope d'une peine de 3 ans de prison ferme, et un an avec sursis.  Pour ses complices, ce sera 6 mois en détention à domicile, avec bracelet électronique. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess