Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Enlèvement et viol d'une collégienne près de Redon : un homme condamné aux Assises

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Un homme de 52 ans était jugé depuis vendredi 26 mars devant les Assises d'Ille-et-Vilaine pour enlèvement, séquestration et viol d'une collégienne en 2018 à Saint-Anne-sur-Vilaine près de Redon (Ille-et-Vilaine). Il a été condamné à 20 ans de réclusion.

Salle d'assises à Rennes. (Illustration)
Salle d'assises à Rennes. (Illustration) © Radio France - Celine Guetaz Perissat

La fin de trois jours éprouvants pour la famille d'une jeune bretonne de 14 ans. Depuis vendredi, son bourreau comparaissait devant la cour d'Assises d'Ille-et-Vilaine. En 2018, cet homme de 52 ans, père de famille, a enlevé, séquestré et violé cette jeune collégienne âgée alors de 12 ans.

L'adolescente marchait sur la route, entre son arrêt de bus et la maison de ses parents à Saint-Anne-sur-Vilaine près de Redon, lorsque le quinquagénaire l'a forcée à monter dans sa voiture. La jeune fille a été retrouvée par ses parents en état de choc quelques heures plus tard. 

20 ans de réclusion criminelle

Devant la cour d'Assises, l'accusé n'aurait pas vraiment fourni d'explications à ses agissements selon l'avocate de la collégienne. Il a été reconnu coupable d'avoir enlevé, séquestré et violé l'adolescente et condamné à 20 ans de réclusion criminelle et cinq ans de suivi socio-judiciaire.

"Mes clients vont se satisfaire de cette peine mais ils auraient apprécié une peine de sûreté plus longue. Ils espèrent maintenant pouvoir tourner la page," explique maître Natacha Bernard qui représentait les intérêts de la collégienne, de ses parents et de sa sœur.

"C'est une peine sévère," réagit de son côté, l'avocate de l'accusé, maître Kervennic. "Mon client est fragile et je crains pour sa sécurité en prison. Nous ne savons pas encore si nous ferons appel," confie-t-elle ce mardi soir à l'issue du procès.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess