Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Enquête au 36 Quai des Orfèvres après la disparition de 50kg de cocaïne

vendredi 1 août 2014 à 8:37 France Bleu Paris

Plus de 50kg de cocaïne ont disparu dans les locaux du célèbre 36 Quai des Orfèvres, siège de la police judiciaire parisienne. Saisie début juillet par la brigade des stupéfiants, elle n'était plus dans la salle blindée qui abrite les scellés. Le butin est estimé à plusieurs millions d'euros à la revente.

Le 36 quai des Orfèvres, siège de la Police judiciaire de Paris
Le 36 quai des Orfèvres, siège de la Police judiciaire de Paris © MaxPPP

La "police des polices" a déployé les grands moyens : tous les recoins de la célèbre adresse parisienne, le 36 Quai des Orfèvres, siège de la police judiciaire à Paris, sont fouillés depuis hier jeudi. Une perquisition de grande ampleur est menée, après la disparition de plus de 50kg de cocaïne .

Le lieu, qui abrite la brigade criminelle et la brigade des stupéfiants, est doté d'une salle blindée et sécurisée où sont entreposés les scellés qui servent aux enquêtes. C'est là que se trouvaient les 50kg de drogue, saisis au début du mois de juillet par la brigade des stups. Selon les premiers éléments de l'enquête, les scellés étaient encore là le 23 juillet, et auraient donc disparu entre cette date et jeudi matin.

"Toutes les hypothèses sont ouvertes "

L'enquête a été immédiatement ouverte et confiée à l'Inspection générale de la Police nationale (IGPN). "Toutes les hypothèses sont ouvertes ", affirme une source proche de l'affaire, y compris celle d'un groupe de policiers ripoux . Mais selon les habitués des lieux, c'est une affaire "sans précédent " dans cet endroit ultra-sécurisé. 

La drogue disparue est estimée à plusieurs millions d'euros à la revente . "Si les enquêtes (...) démontrent que la loi a été enfreinte (...) et que des manquements aux règles déontologiques ont été commmis, des sanctions très fermes seront immédiatement prises ", a fait valoir la préfecture de Paris.