Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Enquête ouverte à Nice après la découverte de flyers faisant la promotion de la drogue

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

La veille de Noël, plusieurs affiches ont été retrouvées sur des voitures dans le parking d'Acropolis, à Nice. Elles faisaient la publicité de plusieurs drogues.

La publicité diffusée sur les pare-brises des voitures à Acropolis (capture écran Twitter)
La publicité diffusée sur les pare-brises des voitures à Acropolis (capture écran Twitter) -

Nice, France

"40 € le G (gramme) de cocaïne, 40 € le G de MDMA" voilà les tarifs que l'on peut lire sur ces affichettes retrouvées sur des voitures dans le parking niçois Acropolis la veille de Noël. Des "flyers" faisant la promotion de ces drogues ainsi que du cannabis ("moula" sur le flyer). Le document précise également une adresse dans le quartier des Liserons de Nice pour récupérer les produits. Une enquête de police est ouverte.

Pas de garde-à-vue à l'heure actuelle

Christian Estrosi, le maire de Nice, annonce que la police municipale mettra à disposition les images des caméras de vidéosurveillance afin de retrouver les auteurs. Selon l'AFP, la vision de ces bandes vidéo aurait permis de voir "deux hommes d'apparence jeune, portant des capuches et non reconnaissables, distribuer sur trois étages du parking ces prospectus". Selon nos informations, aucune arrestation n'aurait encore encore eu lieu dans cette affaire.

Les doutes de Patrick Allemand

Le conseiller d'opposition socialiste à la mairie de Nice, Patrick Allemand, a exprimé de son côté des doutes concernant la véracité de ces tracts : "Si effectivement ce tract est parti des Liserons, je dis à Christian Estrosi et au préfet qu'il n'y a plus besoin d'aller voir Les Misérables au cinéma, il suffit d'aller se balader là haut", précise-t-il sur Facebook.

"Pour tout dire je ne crois pas à cette affaire. Je ne vois pas l'intérêt des dealers des Liserons à venir tracter en ville pour se faire de la publicité et attirer l'attention sur eux."

"La cité des Liserons est nationalement connue des délinquants et des consommateurs qui savent parfaitement où aller s'approvisionner sans plan, poursuit Patrick Allemand. Cette affaire ne peut que déboucher sur une descente de la police avec de nouvelles interpellations qui seront remplacées dès le lendemain pour que le business reparte. Cela ne peut que gêner le trafic." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu