Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Enquête ouverte à Cran-Gevrier après deux agressions de livreurs à domicile

vendredi 28 octobre 2016 à 16:50 Par Nicolas Peronnet, France Bleu Pays de Savoie

Qui en veut aux livreurs à domicile dans l'agglomération d'Annecy ? Une enquête est ouverte à Cran-Gevrier (Haute-Savoie) après deux mystérieuses agressions cette semaine.

Une enquête ouverte à Cran Gevrier après deux agressions de livreurs à domicile (illustration)
Une enquête ouverte à Cran Gevrier après deux agressions de livreurs à domicile (illustration) © Maxppp - Maxppp

La police ne confirme pas mais difficile d'imaginer qu'il s'agisse là d'un malheureux hasard. Un livreur de pizza à domicile s'est fait dépouiller jeudi soir à Cran-Gevrier (Haute-Savoie), quelques jours après l'agression similaire d'un livreur de sushis.

Les deux affaires pourraient être liées

Les coïncidences sont effectivement troublantes. Ces deux agressions, à quelques jours d'intervalle, ont eu lieu dans le même quartier sur les hauteurs de Cran-Gevrier. Mêmes cibles, des conducteurs de deux-roues chargés de livrer de la nourriture à domicile. Et même mode opératoire. Plusieurs individus, certains aux visages partiellement camouflés sous des capuches, maîtrisent le livreur par derrière en le tenant par le cou. Ils le menacent et se font remettre le maigre contenu de la caisse, avant de le laisser repartir.

Des agresseurs... affamés ?

A chaque fois, le butin de quelques dizaines d'euros est ridicule. Mais l'argent est il réellement le mobile ? Jeudi soir, les agresseurs se sont également emparés des pizzas. Les enquêteurs cherchent à déterminer s'il s'agit ou non de fausses commandes passées les agresseurs eux mêmes, ce qui confirmerait avec certitude le lien entre les deux affaires. Des agresseurs qui quoi qu'il en soit prennent de gros risques pour pas grand chose.