Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Enquête sur l'attentat de Strasbourg : un suspect remis en liberté sous bracelet électronique

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Il est soupçonné d'être impliqué dans la fourniture d'un revolver au terroriste de l'attentat de Strasbourg en 2018. Un homme est remis en liberté, assigné à résidence et sous surveillance électronique.

Intervention policière à Strasbourg, le 13 décembre 2018, là où le terroriste Cherif Chekatt vient d'être abattu
Intervention policière à Strasbourg, le 13 décembre 2018, là où le terroriste Cherif Chekatt vient d'être abattu © Maxppp - Jean-Marc LOOS

L'information a été révélée mardi 4 août au soir par les Dernières Nouvelles d'Alsace, et est confirmée ce mercredi par une source judiciaire. Un homme incarcéré depuis février 2019, soupçonné d'être impliqué dans l'obtention d'un revolver par Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat de Strasbourg en 2018, a été remis en liberté sous bracelet électronique.

Le juge des libertés et de la détention a ordonné de ne pas prolonger la détention provisoire de ce suspect, notamment pour des raisons de santé. Le suspect est assigné à résidence.

Soupçonné d'être impliqué dans l'obtention du revolver utilisé par le terroriste

Deux membres de la famille de cet homme avaient déjà été remis en liberté en mars dernier, sous contrôle judiciaire. L'un avait fait une grève de la faim. Ils restent mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "détention et cession d'arme de catégorie B en réunion et en relation avec une entreprise terroriste".  Tous trois nient avoir été au courant du projet terroriste de Chérif Chekatt, qui a tué cinq personnes aux abords du marché de Noël de Strasbourg, le 11 décembre 2018. 

Au moins cinq personnes sont mises en examen dans le cadre de cette enquête, soupçonnées d'être liées à la fourniture d'armes au terroriste strasbourgeois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess