Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Enquête sur le groupe AZF : deux suspects mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste

samedi 30 juin 2018 à 9:38 - Mis à jour le samedi 30 juin 2018 à 10:19 Par Xavier Demagny, France Bleu

Deux personnes ont été mises en examen notamment pour association de malfaiteurs terroriste, dans l'affaire du groupe AZF. Trois personnes avaient été interpellées mardi matin dans le cadre de l'enquête sur ce groupe terroriste qui avait menacé de saboter le réseau ferré français en 2003 et 2004.

Le groupe AZF avait menacé en 2003 et 2004 de s'en prendre au réseau ferré français.
Le groupe AZF avait menacé en 2003 et 2004 de s'en prendre au réseau ferré français. © Maxppp -

Deux suspects de l'affaire du groupe AZF - un homme né en 1947 et une femme née en 1962 - ont été mis en examen samedi, selon franceinfo. Ces deux personnes sont poursuivies pour association de malfaiteurs terroriste, infraction à la législation sur les explosifs et menace de destruction par un moyen dangereux sous conditions, en relation avec une entreprise terroriste. 

Mandat de dépôt et contrôle judiciaire

L'homme mis en examen a été placé sous mandat de dépôt, quant à la femme, elle a été placée sous contrôle judiciaire, Trois personnes avaient été interpellées mardi matin vers 6 heures et placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le mystérieux "groupe AZF" qui avait menacé de saboter le réseau ferré français en 2003 et 2004. La troisième personne avait été remise en liberté jeudi.