Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Enseignant tué à Conflans-Sainte-Honorine : l'Académie de Versailles affirme avoir soutenu Samuel Paty

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'Académie de Versailles se défend et affirme avoir été "d'un soutien concret et constant" envers Samuel Paty, assassiné vendredi dans les Yvelines. Un militant islamiste, placé en garde à vue, affirmait dans une vidéo que l'institution avait l'intention de "sévir" contre l'enseignant.

Les enseignants se sont rassemblés devant le collège du Bois-d'Aulne, samedi après-midi.
Les enseignants se sont rassemblés devant le collège du Bois-d'Aulne, samedi après-midi. © Radio France - Valentin Belleville

L'Académie de Versailles tient à remettre les choses au point après l'assassinat de Samuel Paty, vendredi 16 octobre. "Des informations fallacieuses circulent sur les réseaux sociaux et dans certains médias", estime l'institution, qui se défend d'avoir manqué de soutien auprès du professeur de Conflans-Sainte-Honorine, à l'issue de son cours où il a montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.

Cette séance d'enseignement moral et civique remonte au 5 octobre. Les jours suivants, et jusqu'au drame, les tensions se sont accumulées au sein du collège du Bois-d'Aulne. Des tensions entre parents d'élèves et le professeur. Mais aucunement entre l'Académie et lui, explique l'institution dans un long communiqué envoyé ce dimanche soir.

Le professeur conforté dans son approche du cours

L'Académie assure avoir soutenu l'enseignant dés le début. Lorsque les premiers parents d'élèves se sont plaints du cours, la principale du collège en a référé à l'Académie de Versailles, qui a mobilisé l’équipe 'Valeurs de la République'. "Cette équipe est venue sur place, au collège, pour rencontrer le professeur et l’équipe pédagogique. Elle a discuté avec Samuel Paty et l’a conforté dans l’approche qu’il avait eue lors de son cours", explique l'Académie. 

Quelques jours plus tard, le père d'un élève a demandé à parler à la cheffe de l'établissement. Il était accompagné d'Adbelhakim Sefrioui, un prédicateur antisémite et militant islamiste, qui s'est présenté "comme un représentant des imams de France". À l’issue de cet entretien, "le père de famille a souhaité interpeller l’inspection académique. L’échange a été constitué d’une écoute du père, d’une explication de l’action de l’institution."

À aucun moment, il n’a été dit, ni même sous-entendu, ni pensé que l’institution allait 'sévir' contre M. Paty.

Par la suite, "le père de famille a diffusé deux vidéos, dont la seconde avec M. Sefrioui. Ces vidéos énoncent de fausses informations et instrumentalisent les faits dans une perspective qui dépassait la séquence du cours de M. Paty. Ces vidéos indiquent le nom et l’établissement de l’enseignant en le traitant de 'voyou'. M. Sefrioui dit que l’inspection académique serait prête « 'sévir' contre M. Paty. C’est évidemment faux", rétorque l'Académie de Versailles, qui estime qu'il serait "absurde et paradoxal de donner crédit aux paroles de cette personne", qui est désormais placée en garde à vue. "À aucun moment, il n’a été dit, ni même sous-entendu, ni pensé que l’institution allait 'sévir' contre M. Paty."

Lorsqu'elle a découvert d'ailleurs l'existence de ces "vidéos diffamatoires", dit-elle, l'institution a alerté Samuel Paty et l'a incité à porter plainte, ce qu'il a fait. "Le soutien de M. Paty, par sa hiérarchie, a été concret et constant dès le début et adapté aux différents épisodes qui se sont tenus au fil des jours à la suite de son cours du 5 octobre", conclut l'Académie.

Dans une volonté de transparence et afin d’établir tout l’ensemble de l’enchaînement des faits au sein de l'Académie de Versailles, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, a demandé l'ouverture d'une enquête de l'inspection générale..

Choix de la station

À venir dansDanssecondess