Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Entre 2012 et 2015, cette arnaque a rapporté plus de 60.000 euros

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une affaire de "phishing" devant le tribunal correctionnel de Dijon ce mardi. Il y aurait une quarantaine de victimes dans toute la France. Préjudice estimé : 60.000 euros.

L'entrée du tribunal correctionnel de Dijon où était jugée l'affaire
L'entrée du tribunal correctionnel de Dijon où était jugée l'affaire © Radio France - Thomas Nougaillon

Dijon, France

Le "phishing" appelé aussi "hameçonnage", est une technique utilisée par des fraudeurs pour capter vos données bancaires. Le tribunal examinait le cas d'une camerounaise de 27 ans domiciliée à Quetigny. Absente à l'audience elle était poursuivie pour "escroquerie" et "tentative d'escroquerie". Des faits commis entre avril 2012 et mai 2015. Elle se faisait livrer à domicile des colis payés avec des numéros de cartes bleues récupérés sur le net. Préjudice estimé : plus de 60.000 euros. Une quarantaine de victimes, de toute la France, se sont signalées à la justice.   

Maître Maxence Perrin, du barreau de Dijon, défendait l'une des victimes - Radio France
Maître Maxence Perrin, du barreau de Dijon, défendait l'une des victimes © Radio France - Thomas Nougaillon

Si seul le cas de cette femme était sous les feux de la justice ce mardi, il semblerait que l'un des protagonistes principaux de cette affaire, se trouvait au Maroc. C'est vers lui que convergeaient les colis récupérés chez cette Camerounaise. Quoiqu'il en soit, toutes les victimes se sont faites avoir de la même manière. Les délinquants envoyaient des milliers d'emails à l'en-tête d'une banque ou d'une enseigne de téléphonie. Et sous un prétexte "X" ou "Y" ils demandaient aux gens de retourner leurs coordonnées bancaires et leurs codes de cartes bleues. 

La cliente de maître Maxence Perrin s'est faite hameçonner

C'est de cette manière que la cliente de Maître Maxence Perrin s'est faite hameçonner. "Cela a été un véritable traumatisme pour ma cliente qui a eu des insomnies et qui a très mal vécu cette situation". La cliente de maître Séverine Werthe -elle- a déploré plusieurs milliers d'euros ponctionnés sur son compte. "Les sommes sont de 1.000 euros, 400 euros et il y a eu également cette tentative de prélèvement de 3.390 euros qui elle a été neutralisée par la banque." Les délinquants se faisaient livrer des téléphones et des vêtements de luxe. 

Reportage

Maître Alexis Tupinier défend les intérêts de la jeune Camerounaise - Radio France
Maître Alexis Tupinier défend les intérêts de la jeune Camerounaise © Radio France - Thomas Nougaillon

Pour Maître Alexis Tupinier, avocat de la défense, sa cliente est également victime dans cette affaire. Car elle n'était pas au courant de l'aspect frauduleux de ces numéros de cartes bleues. Par ailleurs le vrai bénéficiaire du trafic, son ex-petit ami, était basé au Maroc. "Est-ce qu'être bénéficiaire de colis dont on ne sait pas qu'ils ont été acquis avec une carte bancaire piratée constitue un élément matériel d'une escroquerie ?" s'interroge maître Tupinier. 

Maître Tupinier, avocat de la défense

Son avocat demande la relaxe, le tribunal la condamne à de la prison avec sursis

"Et à cette question je répond non, ma cliente s'est faite abuser par une tierce personne et il est tout à fait regrettable que cet ex-petit ami n'ait pas été présent à l'audience, c'est pourquoi je demande la relaxe". Au final, le tribunal condamne la jeune femme à 15 mois de prison avec sursis. Il va même au-delà des réquisitions du Procureur de la République qui avait demandé une peine de 12 mois avec sursis.   

Coup de projecteur sur le phishing, une arnaque qui a le vent en poupe avec maître Maxence Perrin du barreau de Dijon

Maître Maxence Perrin