Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Gilets Jaunes : entre 500 et 700 manifestants dans le centre-ville de Metz

Après Nancy, les Gilets Jaunes du Grand Est se sont donnés rendez-vous à Metz, ce samedi 12 octobre. Ils étaient 500 selon la police au départ de la place Mazelle. Des blacks-blocs ont perturbé la fin du cortège.

Les Gilets Jaunes ont pu défiler dans le centre-ville de Metz
Les Gilets Jaunes ont pu défiler dans le centre-ville de Metz © Radio France - Thomas Vichard

Metz, France

Toujours les mêmes revendications, près d'un an après l'acte 1 des Gilets Jaunes : hausse du pouvoir d'achat, rétablissement de l'ISF, mise en place du référendum d'initiative citoyen. Mais cette fois, les organisateurs parlaient aussi de convergence des luttes, avec la participation espérée de manifestants pour le climat et de certains syndicats. 

Mais cette convergence n'a pas vraiment eu lieu, les Gilets Jaunes "classiques" étaient en écrasante majorité, comme le concède Arnaud,  mobilisé depuis le 17 novembre dernier : "Ça va mettre du temps à venir... Je crois que les chefs syndicalistes n'ont pas très envie qu'on se mélange tous ensemble. C'est ça le gros soucis. Ils font des dates en plein milieu de la semaine, mais nous on ne peut pas venir, on travaille. C'est vraiment le samedi qu'on a le plus de chance d'être ensemble dans la lutte, c'est dommage !"

Pour la première fois depuis longtemps, les Gilets Jaunes étaient en nombre pour une mobilisation, un évidence de plus pour David, enseignant strasbourgeois, que le mouvement n'est pas mort : "Il y a des personnes qui se mobilisent chaque samedi depuis un an, c'est la preuve que c'est un mouvement qui s'inscrit dans la durée, et qui montre que ceux qui sont là ne lâcheront rien !"

Quelques affrontements ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l'ordre, sans incident notable malgré l'utilisation de gaz lacrymogène. En revanche, des black-blocs ont perturbé la mobilisation en fin de cortège :  plusieurs banques ont été dégradées, des vitres d'abribus cassées, et un feu de poubelles a entraîné une intervention des pompiers vers 17 heures. 

Choix de la station

France Bleu