Infos

Plus de 200 manifestants à Toulouse en hommage à Rémi Fraisse

Par Oanna Favennec, France Bleu Toulouse mercredi 26 octobre 2016 à 19:06

Environ 80 personnes étaient rassemblées au pied du Monument aux morts peu avant 18h30.
Environ 80 personnes étaient rassemblées au pied du Monument aux morts peu avant 18h30. © Radio France - Rémi Vallez

Deux ans après la mort Rémi Fraisse, plus de 200 personnes se sont retrouvées ce mercredi en fin de journée au monument aux morts. Un première manifestation en l'hommage du jeune Haut-Garonnais tué par une grenade offensive dans le Tarn, prévue vers 16h30, elle aussi à Toulouse, n'a pas eu lieu.

Plus de 200 personnes se sont retrouvées pour honorer la mémoire de Rémi Fraisse ce mercredi en fin d'après-midi place François Verdier à Toulouse. L'appel avait été lancé par le Collectif Zad 31, rejoint par le Collectif Testet et différentes associations, syndicats et partis politiques comme Nuit Debout ou encore le NPA.

Ce mercredi, les forces de l'ordres étaient mobilisées en nombre, même si les organisateurs visaient un rassemblement "apaisé mais déterminé".

Une des nombreuses pancartes portées par les manifestants venus rendre hommage à Rémi Fraisse. - Radio France
Une des nombreuses pancartes portées par les manifestants venus rendre hommage à Rémi Fraisse. © Radio France - Rémi Vallez

Une première manifestation avortée

Une première manifestation, plus informelle, devait avoir lieu à partir de 16h30. L’appel avait été lancé sur les réseaux sociaux. Finalement, elle a fait pschitt. Entre 200 et 600 personnes étaient pressenties sous l’arche Marengo, mais seule une dizaine s’y sont rendues. Là les attendait un important dispositif de sécurité (au moins cinq camions de police et autant de la gendarmerie). L'autre rassemblement s'est déroulé sans heurt tout le long du parcours menant les manifestants du monuments aux morts à la place Arnaud Bernard. Ils se sont dispersés dans le calme sur les coups de 20 heures.

Rémi Fraisse est mort dans la nuit du 25 au 26 octobre 2016, à l’âge de 21 ans. Le militant écologiste a été tué par une grenade offensive lancée par un gendarme après une journée de mobilisation contre le projet de barrage de Sivens. S’en étaient suivies des manifestations à Toulouse, mais aussi dans de nombreuses villes françaises, de Lille à Albi en passant par Nantes. Sur le plan pénal, l’instruction de l’affaire est toujours en cours, personne n’a été mis en examen.

►►► LIRE AUSSI | Mort de Rémi Fraisse : journée de manifestations ce mercredi à Toulouse, deux ans après

Partager sur :