Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Environ 200 policiers manifestent contre la fresque qui dénonce les violences policières à Stains

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Environ 200 policiers se sont rassemblés ce lundi après-midi devant la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer une fresque inaugurée à Stains qui dénonce les violences policières.

La fresque inaugurée le jeudi 18 juin 2020 à Stains (Seine-Saint-Denis)
La fresque inaugurée le jeudi 18 juin 2020 à Stains (Seine-Saint-Denis) © Maxppp - Maxppp

Deux cents policiers environ ont manifesté ce lundi 22 juin 2020, devant la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis), selon l'Agence France Presse, pour demander le retrait d'une fresque inaugurée la semaine dernière dans la ville de Stains qui dénonce les violences policières.

Une contre-manif annoncée

Sur cette fresque, inaugurée en présence du maire de Stains, Azzedine Taïbi (PCF), on  voit les visages de George Floyd et d'Adama Traoré et on peut lire l'inscription suivante : "Contre le racisme et les violences policières". Des mots qui ont choqué le syndicat de police Alliance 93. Ses représentants avaient lancé un appel à se rassembler ce lundi devant la fresque en question. Dans la foulée, le comité Adama avait lui aussi appelé à se rendre sur les lieux. Dans la matinée, le syndicat Alliance a finalement décidé d'organiser sa manifestation à Bobigny, devant la préfecture.

Mise en demeure du maire ?

Le préfet a d'ailleurs reçu une délégation. "Il nous a assuré qu'il allait saisir (le maire de Stains) par écrit et le mettre en demeure d'effacer le mot +policiers+ afin qu'aucun amalgame ne soit fait entre racisme, violence et policiers", a déclaré à l'AFP, Ivan Assioma, du syndicat Alliance, à l'issue de l'entrevue. Le préfet a "renouvelé sa totale confiance envers les policiers du département", a ajouté le syndicaliste. La préfecture de Seine-Saint-Denis n'a pas souhaité s'exprimer "au vu de la période de réserve électorale".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu