Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Eoliennes Yeu-Noirmoutier : la demande d'annulation de l'enquête publique est rejetée par le Conseil d'Etat

jeudi 17 mai 2018 à 16:26 Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Le collectif "Touche pas à nos Îles Yeu-Noirmoutier" avait saisi le Conseil d'Etat pour demander en urgence l'annulation de l'enquête publique en cours. Les opposants s'appuyaient notamment sur le mail insultant rédigé par l'un des commissaires-enquêteurs. La demande est rejetée.

L'un des photomontages présentés par le promoteur du projet de centrale éolienne offshore
L'un des photomontages présentés par le promoteur du projet de centrale éolienne offshore © Radio France - Emmanuel Sérazin

Noirmoutier-en-l'Île, France

Le Conseil d'Etat vient de rendre sa décision ce jeudi après avoir été saisi par le collectif "Touche pas à nos Îles", qui s'oppose à l'installation de 62 éoliennes entre les îles d'Yeu et Noirmoutier. La plus haute juridiction française estime la requête des opposants "ne se rattache à aucun litige susceptible de relever du Conseil d'Etat en premier ou dernier ressort", et rejette donc la demande.

Le Q.I d'un géranium

L'enquête publique sur la création d'une centrale éolienne offshore bat son plein. Mais l'affaire a pris une autre tournure le 1er mai dernier, avec la boulette commise par l'un des 5 commissaires chargés de recueillir les avis du public. L'un d'eux a fait un malencontreux "Répondre à tous" dans un mail, oubliant que les opposants étaient en copie. Dans ce courriel, il les présente comme un "clan" aux méthodes douteuses, et "au Q.I qui n'est pas celui du géranium".

Le collectif a d'abord saisi le Tribunal Administratif de Nantes, puisque c'est son Président qui a désigné les 5 membres de la commission d'enquête publique. Mais le tribunal s'est déclaré incompétent. Aujourd'hui, le Conseil d'Etat en fait autant. Un véritable déni de démocratie pour les opposants...

La réaction de Fabien Bouglé, le porte-parole du collectif Touche pas à nos Îles Yeu-Noirmoutier

Une bombe à retardement ?

Naturellement, les opposants au projet n'entendent pas en rester là. Ils demandent d'abord au Préfet de la Vendée de prendre position dans cette affaire, puisqu'il est sur le plan légal l'autorité organisatrice de l'enquête publique. Accaparé par la visite de la Garde des Sceaux ce jeudi à la Mothe-Achard, le Préfet était injoignable sur ce dossier. Mais le collectif est bien décidé à ne pas en rester là, car ce mail est une véritable "bombe à retardement"...

Fabien Bouglé, porte-parole du collectif Touche pas à nos Îles

L'enquête publique sur le projet de parc éolien se termine mercredi prochain, le 23 mai. A ce jour, plus d'un millier d'avis ont déjà été déposés. Pour participer, vous pouvez utiliser le registre dématérialisé, et déposer votre avis via Internet.