Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Epernay : suspecté d'avoir mortellement secoué son bébé, un homme de 26 ans placé en détention

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Un Sparnacien de 26 ans a été mis en examen après la mort de son bébé. Il a reconnu l'avoir secoué à deux reprises. L'homme est en détention provisoire et risque jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Vanessa MEYER / L'ALSACE/ PQR

C'est un drame comme il en arrive malheureusement assez régulièrement. Un nourrisson de deux mois est mort le 16 janvier après avoir été secoué. Voyant que la santé de son bébé se dégradait, sa mère, habitant en couple à Epernay, s'est rendue au CHU de Reims dans la nuit du 13 au 14 janvier. L'enfant présentait les signes du bébé secoué, "des hématomes au niveau intra-crânien et des lésions sur la zone cervicale", explique le procureur de la République Matthieu Bourrette. 

Le CHU de Reims alerte rapidement le parquet de Châlons-en-Champagne, qui ouvre une enquête. Le dossier est transféré au parquet de Reims et les parents du bébé ont été placés en garde à vue.

Le père reconnaît des gestes violents sur son bébé

La mère a été mise hors de cause, mais le père a reconnu avoir eu des gestes violents à deux reprises sur son enfant. "Cet homme s'est dit impulsif, il s'est senti dépassé par la situation et il dit regretter ses gestes", explique le procureur. Ce père de 26 ans a été mis en examen pour violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il a également reconnu avoir eu un geste violent envers sa compagne.

"C'est une situation que nous connaissons malheureusement depuis longtemps", regrette Matthieu Bourrette. "Comme la formation de la tête du bébé n'est pas encore achevée à cet âge, cela peut entraîner des lésions irréversibles, voire mortelles." Le père est actuellement placé en détention provisoire et risque jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess