Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : Éric Piolle détaille le plan de Grenoble, la réouverture des parcs et le "monde d'après"

-
Par , France Bleu Isère

Le maire de Grenoble a pris la parole juste après le Premier Ministre. Le déconfinement à Grenoble va se matérialiser par des mesures spécifiques, campagne de communication tout l'été, ajustement des mesures de distanciation physique, et aussi réouverture des parcs et jardins.

Éric Piolle, maire de Grenoble
Éric Piolle, maire de Grenoble © Radio France - Nicolas Joly

Prudence sanitaire, accompagnement social et adaptation du service et de l'espace public. Éric Piolle a décliné son plan de déconfinement grenoblois en trois temps. Maintenant que le département de l'Isère, comme toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, est en vert, on y voit un peu plus clair.

En préambule, Éric Piolle n'hésite pas à donner sa vision globale de la situation de la crise. Sur la même ligne que Nicolas Hulot, le maire de Grenoble veut voir dans cette crise le "début d'un nouveau cycle. Nous sommes dans une période d'incertitude, et cette incertitude doit nous inciter à agir autrement. Ce virus est une bombe à fragmentation pour notre société, nous savons que nous allons devoir passer par des chocs comme celui-là". 

Les premières mesures pratiques

Écoles. Les premiers établissements scolaires vont pouvoir reprendre le 14 mai, le 25 pour les maternelles. L'accueil du matin (garderie) ne sera pas assuré dans un premier temps, les plans de circulation autour des écoles doivent encore être ajustés. "Nous sommes toujours dans le dialogue avec les directeurs et directrices d'établissements".

Stationnement automobile. Il redevient payant à partir de lundi, mais contravention seulement à partir du 14, avant ce sera de la pédagogie. Pour les parkings résidents : à partir du 25 mai seulement.

Parcs et jardins. Voilà une mesure qui fera plaisir aux familles et à tous les amoureux de nature : on va pouvoir sortir se dégourdir les jambes et se promener dans tous les parcs et jardins de la ville. A priori, les jeux pour enfants seront aussi ouverts. Il est recommandé bien entendu de fréquenter ces parcs et jardins en respectant les gestes barrières.

Marchés. Ils vont progressivement accueillir un peu plus d'étals de commerçants, mais toujours en respectant les règles de distanciation physique. Rien de non-alimentaire d'ici le 2 juin au moins. Mais les nouveaux jours et horaires peuvent perdurer.

Masques. Les masques "OCOV" sont arrivés. Enfin ! Après avoir été annoncés il y a déjà trois semaines, cette fois, la ville de Grenoble vient de recevoir ce jeudi une première livraison de 200 masques OCOV, fabriqués à Grenoble. 900 autres vont arriver bientôt. Un stock de ces masques très performants et réutilisables 100 fois seront mis à disposition des quatre Ehpad grenoblois, qui les prêteront aux visiteurs.

A plus long terme

Une équipe mobile dans l'été. Du personnel municipal aura comme rôle d'aller à la rencontre des habitants et des usagers des espaces publics pour ré expliquer les gestes barrières, les consignes et les conduites à appliquer pour limiter la circulation du virus.

Une consultation des grenoblois. "Il faudra aussi déconfiner la parole et les imaginaires" lance, lyrique, le maire de Grenoble. Il veut une grande consultation, mais sous quelle forme et pour quoi faire précisément, c'est encore à formaliser. L'idée étant quand même d'entendre la parole des grenoblois sur leurs conditions de vie pendant et après le confinement.

Brocantes et vide-greniers ? C'est non. "Pour l'instant, rien de tout cela n'est possible, ni avant le 2 juin, ni sans doute après". Les chineurs devront attendre encore patiemment le retour à une vie plus "normale".

Des piques de l'opposition, par communiqués

Émilie Chalas, député (LREM) et candidate à la mairie : "Alors que le Maire s’évertue à vanter la solidarité mise en oeuvre dans le bassin grenoblois, son action est-elle à la hauteur des enjeux de tous les jours à Grenoble ? Grenoble possède le deuxième centre d’action communale et sociale (CCAS) de France. Dans cette situation sanitaire et sociale critique, la subvention de la ville de Grenoble à son CCAS ne devrait-elle pas être augmentée, après avoir été sabrée par cette majorité municipale pendant plusieurs années ? Le Maire de Grenoble n’a eu de cesse de plaider pour la reconnaissance des « premiers de corvée » qu’il a ainsi nommés de façon particulièrement condescendante. La dignité de ces travailleurs mérite le respect, ce que ne permet pas ce jeu de mots politicien qui veut provoquer en réalité le Président de la République plus que soutenir ces acteurs du quotidien. Concrètement, au-delà des effets de manches, pourquoi le Maire ne prévoit pas de prime à l’ensemble des agents mobilisés ?"

Alain Carignon, conseiller municipal (LR) et candidat à la mairie : "Je l’ai à nouveau alerté sur le retard qu’il a pris aussi sur les drive-tests : à l’heure où il faut limiter les déplacements les grenoblois doivent prendre leur voiture pour effectuer ces tests Covid dans une autre commune car ils sont impossibles sur le territoire de notre ville. Je lui demande depuis longtemps d’organiser un drive tests vélo-voiture à Grenoble. Ce n’est toujours pas en place. Enfin j’ai aussi signalé l’absence de toute anticipation avec la création des voies cyclables imposées sans concertation avec quiconque".

-
- © Visactu
-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess