Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ermont : un homme armé d'un couteau abattu par un agent de la sûreté ferroviaire

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Un homme armé d'un couteau a été abattu à Ermont (Val d'Oise), alors qu'il menaçait d'utiliser les enfants comme bouclier à proximité d'un centre de loisirs.

Un homme armé d'un couteau a été abattu à Ermont (Val d'Oise), alors qu'il menaçait d'utiliser les enfants comme bouclier à proximité d'un centre de loisirs.
Un homme armé d'un couteau a été abattu à Ermont (Val d'Oise), alors qu'il menaçait d'utiliser les enfants comme bouclier à proximité d'un centre de loisirs. © Radio France - Fabien LE DU

Un homme d'une trentaine d'années, armé d'un couteau, a été abattu ce mercredi à Ermont (Val d'Oise), près de la gare de Gros Noyer-Saint Prix, par plusieurs tirs d'un agent de la sûreté ferroviaire. 

Les agents de la SUGE ont d'abord tenté de l'interpeller vers 16h en gare d'Ermont-Eaubonne parce qu'il avait un couteau en main et qu'il était "menaçant envers les voyageurs", d'après la SNCF. L'individu a refusé d'obtempérer et a pris la fuite, avant d'être rattrapé un kilomètre plus tard par les agents de la SUGE. Il menaçait de prendre comme bouclier un groupe de onze enfants de primaire qui se trouvaient sur sa route. 

De source policière "il n'y a pas eu de négociations avant les tirs". L'individu, un Haïtien de 36 ans, a été visé par cinq tirs et atteint par quatre, il est décédé peu après les faits.

Une cellule psychologique mise en place pour les témoins de la scène

Une cellule psychologique a immédiatement été mise en place pour les animateurs et les enfants témoins de la scène, ainsi que pour leurs parents, indique le maire de la commune Xavier Haquin. Ce suivi psychologique se poursuit ce jeudi, au sein du groupe scolaire Jean-Jaurès qui accueille le centre aéré le mercredi, et auquel se rendait les enfants. 

Les agents de la sûreté ferroviaire ont été placés en garde à vue par le parquet de Pontoise pour les besoins de l'enquête qui a été confiée à la police judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess