Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Erquelinnes : une maman soupçonnée d'avoir tué deux de ses trois enfants, le troisième est en réanimation

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Un drame dans l'un des six villages de la commune d'Erquelinnes à la frontière avec Jeumont. Une enseignante de 35 ans est soupçonnée d'avoir tué ses deux petites filles de 22 mois et de 7 ans mardi soir.

Pompiers Belges (photo d'illustration)
Pompiers Belges (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

C'est en rentrant du travail que le papa horticulteur a découvert le drame et qu'il a appelé les secours. L'enseignante de 35 ans est soupçonnée d'avoir noyé la petite dernière dans la baignoire, la seconde de 7 ans est morte après avoir reçu plusieurs coups de couteau dans la gorge. Quant à l’aîné, un petit garçon de 8 ans, également blessé avec l'arme, il a été sauvé in extremis par les secours, mais il est encore en réanimation et sa vie est encore danger selon David Lavaux, le bourgmestre belge. 

La femme a ensuite tenté de se suicider en se tailladant les veines. "C'était une famille sans problème", installée depuis quatre ans se désole le bourgmestre, très investie dans le village où la mère avait d'ailleurs enseigné. Les deux parents avaient notamment été guides nature. 

Mais depuis quelques temps la femme fragilisée après un avortement s'était repliée sur elle-même, et "le confinement n'a pas du arranger" raconte l'élu belge.

Malgré la réouverture des écoles, elle ne voulait plus y mettre ses enfants et elle avait déjà prévenu la directrice de son école qu'elle ne travaillerait plus à la rentrée pour s'occuper de l'éducation de ses trois enfants. 

La femme qui devrait être entendue aujourd'hui par la police, devrait sortir demain de l'hôpital de Charleroi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess