Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Faits divers – Justice

Escroquerie aux échecs : six mois de prison avec sursis pour le Mosellan Sébastien Feller

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Le tribunal de Thionville a reconnu ce lundi l'ancien grand espoir des échecs français, le Mosellan Sébastien Feller, coupable d'avoir triché lors des championnats du monde en Russie en 2010. Il est condamné à six mois de prison avec sursis, comme deux autres anciens joueurs jugés à ses côtés.

La tricherie remonte aux championnats du monde en Russie en 2010.
La tricherie remonte aux championnats du monde en Russie en 2010. © Maxppp - Michel Clementz

Moselle, France

Six mois de prison avec sursis ont été prononcés ce lundi à l'encontre du champion d'échecs Sébastien Feller, reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Thionvilled'avoir triché aux championnats du monde d’échecs en Russie en septembre-octobre 2010.

Même peine pour tous

Le Mosellan de 28 ans, ancien grand espoir de la discipline (champion de France et vice-champion d'Europe), était mis en cause aux côtés de deux autres joueurs : l'ancien capitaine de l'équipe de France d'échecs Arnaud Hauchard ainsi que Cyril Marzolo, le seul à avoir reconnu les faits.

La peine prononcée à leur encontre est la même. Par ailleurs, les trois hommes ont été condamnés à 1.500 euros d'amende, ainsi qu'à verser 1 euro symbolique de dommages et intérêts à la Fédération française d'échecs. 

Lors de leur procès qui s'était tenu le 25 février 2019, la procureure de la République de Thionville avait réclamé neuf mois de prison avec sursis. Aucun des trois prévenus n'avait assisté à l'audience.

Logiciel et SMS codés

La tricherie mise en place était ingénieuse : un joueur resté en France (à Nancy) regardait les parties en direct par internet. Grâce à un logiciel, il simulait les coups qu’il transmettait par SMS codé au capitaine de l’équipe de France. Celui-ci se positionnait ensuite dans la salle de manière précise, en fonction des coups à jouer. Le jeune espoir français, 19 ans à l’époque, n’avait qu’à regarder son complice pour effectuer ses coups.