Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Escroquerie : un faux site internet des impôts neutralisé

-
Par , France Bleu

Un site internet imitant le site officiel du service des impôts afin d'arnaquer les contribuables a été détecté et fermé, a indiqué vendredi le ministère de l'Économie et des finances, qui invite les contribuables à être vigilants.

Le centre des impôts de Quimper (image d’illustration)
Le centre des impôts de Quimper (image d’illustration) © Radio France - Léo Rozé

Trois petites lettres dans une adresse URL peuvent coûter cher. Le ministère de l'Économie et des finances annonce ce vendredi avoir détecté et fermé un site internet imitant le site officiel du service des impôts

L'interface de ce "site frauduleux impots.gouv.app" ressemblait à "l'accès à l'espace particulier du site officiel impots.gouv.fr". L’objectif était d'arnaquer les contribuables en volant "les coordonnées de carte bancaire", a expliqué la direction générale des finances publiques (DGFiP) dans un communiqué.

Ne jamais donner les références de sa carte bancaire

La DGFiP appelle les usagers à "rester vigilants" et à ne jamais donner les références de leur carte bancaire pour payer un impôt, obtenir un remboursement ou compléter des coordonnées personnelles. 

On ne sait pas combien de personnes ont déjà été piégées par ce site frauduleux, ni combien de temps il est resté accessible. Des actions ont été engagées "très rapidement" pour "faire fermer ce site malveillant", qui est "désormais inopérant" ont simplement indiqué les autorités.

Choix de la station

France Bleu