Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

"On espérait le regarder dans les yeux et lui demander ce qui s'est passé", témoigne la soeur de Jorel Prawitz

-
Par , France Bleu Mayenne

Que s'est-il passé ce 29 janvier 2016 ? Comment Jorel Prawitz est-il mort dans la zone de la Gaufrie à Laval. Le procès d'un homme de 32 ans devait avoir lieu ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Laval, il est reporté au 12 mars prochain.

Le tribunal de Laval.
Le tribunal de Laval. © Radio France - Charlotte Coutard

Laval, France

La famille de Jorel Prawitz attendait ce procès avec impatience, elle va devoir encore patienter trois longs mois. Un homme de 32 ans devait être jugé ce jeudi devant le tribunal de Laval pour homicide involontaire, mais l'affaire devrait être renvoyée au 12 mars prochain.

La famille ne croit pas à la thèse de l'accident

Le 29 janvier 2016, Jorel Prawitz, 20 ans, avait été retrouvé mort sur la route qui traverse la zone de la Gaufrie à Laval. Jorel serait mort d'un traumatisme crânien, en tombant d'une camionnette en marche. C'est en tous cas la version du prévenu, le conducteur de la camionnette. Jorel avait été pris en stop à Laval par des membres de la communauté des gens du voyage, pour rentrer chez lui à Cossé-le-Vivien. Le conducteur affirme qu'il s'est retourné au bout de quelques kilomètres, et que Jorel n'était plus là.

Une thèse de l'accident que n'a jamais cru la famille du jeune homme, notamment sa petite sœur, Solène, âgée aujourd'hui de 23 ans. Elle n'y croit toujours pas, près de quatre ans plus tard.

On a aussi besoin de connaître la vérité pour pouvoir passer à l'étape suivante du deuil

"Ça nous occupe l'esprit 24h/24, ma mère se réveille tous les matins en se demandant ce qui a pu arriver à son fils. Certes il n'y a pas de preuve mais on est certains qu'il y a eu de la violence. Ce n'est pas du tout altruiste de sa part d'avoir voulu faire un détour de 40 km juste pour rendre service à un inconnu, ce n'est pas possible. La vie de Jorel s'est arrêtée le 29 janvier 2016, et lui sa vie continue. Le fait qu'il garde ce qui s'est vraiment passé sous silence, ça prouve qu'il ne se sent pas fautif, c'est ce qui nous met vraiment en colère aussi. Et nous on a aussi besoin de connaître la vérité pour pouvoir passer à l'étape suivante du deuil. Si on n'a pas de réponse, ça va nous hanter encore et toujours".

Si on n'a pas de réponse, ça va nous hanter encore et toujours

Près de quatre ans d'attente, et toujours pas de procès

Alors évidemment, le report du procès, et cette attente encore plus longue, provoquent de la colère et de l'indignation chez Solène.

Qu'il le reconnaisse et nous dise enfin la vérité

"On espérait pouvoir regarder cette personne-là dans les yeux et lui demander vraiment ce qui s'est passé, au moins qu'il reconnaisse les faits, enfin, après plus de trois ans et demi d'attente, qu'il le reconnaisse et nous dise enfin la vérité. C'est assez compliqué à gérer pour nous, mais malheureusement il y a eu des manquements dans cette enquête et on apprend ça 24h avant l'audience, donc c'est inacceptable. Les enquêteurs nous avait certifié qu'on aurait une réponse à cette histoire et on _attend toujours, c'est encore et toujours retardé_. On vit avec ce deuil, et on vivre avec jusqu'à la fin de notre vie".

La famille espérait que l'affaire soit jugée au pénal et non pas en correctionnelle. Le procès du conducteur de la fourgonnette était donc prévu ce jeudi après midi, il est renvoyé au 12 mars 2020 pour une histoire d'assurance du véhicule.

Une marche blanche pour Jorel avait été organisée deux semaines après sa mort, elle avait réuni 150 personnes à Laval.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu