Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Essai clinique sauvage : des patchs ont été vendus 1.500 euros à certains patients

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Selon l'instance nationale de lutte contre les dérives sectaires (la Milviludes), pour l'essai clinique sauvage organisé dans l'abbaye Sainte-Croix de Saint-Benoît, des patients ont payé 1.500 euros leur "patch" contenant la molécule controversée.

Illustration : l'abbaye Sainte-Croix de Saint-Benoît.
Illustration : l'abbaye Sainte-Croix de Saint-Benoît. © Maxppp - plavaud

Saint-Benoît, France

La Milvidludes (instance de lutte contre les dérives sectaires) le confirme ce lundi 23 septembre : des "patchs" étaient vendus 1.500 euros à des patients victimes des essais cliniques "sauvages" pratiqués dans une abbaye près de Poitiers. Au moins 350 malades de Parkinson et d'Alzheimer ont pris part à ce protocole non autorisé dans des chambres de l'abbaye Sainte-Croix, d'après les révélations jeudi 19 septembre de l'Agence du médicament (ANSM).

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires a précisé lundi 23 septembre avoir reçu "trois signalements, entre novembre 2018 et février 2019".  Ces signalements révèlent "trois soirées, sur trois lieux différents" organisées "pour des professionnels de santé" susceptibles d'avoir parmi leurs patients des personnes atteintes des maladies neurologiques concernées. Anne Josso, secrétaire générale de la Miviludes, ajoute que pour ces patients, "des patchs circulaient sous le manteau, vendus au prix de 1.500 euros".  Elle estime que dans ses soirées : "on mélangeait religieux et médical", avec un "discours scientifique". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu