Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Essonne : les deux auteurs d'un viol présumé démasqués par un hacker

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

C'est un hacker qui est parvenu à démasquer les deux adolescents mis en examen ce dimanche soir pour viol et diffusion de la vidéo d'un viol présumé sur les réseaux sociaux à Morsang-sur-Orge, en Essonne. L'homme explique qu'il lui a fallu une soirée pour trouver leur identité.

Voiture de police
Voiture de police © Radio France - Oanna Favennec

Morsang-sur-Orge, France

C'est suite à la diffusion de leur identité sur les réseaux sociaux que les deux jeunes de 16 ans, auteurs d'un viol présumé à Morsang-sur-Orge, en Essonne, ont été démasqués, mis en examen et placés en détention provisoire ce dimanche soir pour "viol en réunion" et "enregistrement ou diffusion d'une image d'atteinte à l'intégrité d'une personne". Ils auraient violé une jeune de 16 ans et auraient ensuite diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. 

Après avoir reçu de nombreuses menaces suite à l'identification de leurs enfants, les parents les ont conduits au commissariat de Juvisy-sur-Orge, en Essonne, vendredi soir.

Une soirée pour retrouver leur identité 

Ils ont été identifiés par un hacker, originaire de Besançon, joint par le service police justice de franceinfo. Il explique comment il a retrouvé les noms des mineurs, de manière illégale. "J'ai vu la vidéo et j'ai vu deux jeunes en train d'embrouiller une meuf, et j'ai vu qu'il y avait une histoire de viol", détaille-t-il. "On a commencé à enquêter, on a trouvé son snap, son prénom. Avec les prénoms, la ville et avec des bases de données qu'on avait piratées bien avant, on a trouvé leur identité"

"On ne va pas se mentir, la justice est un peu lente dans ces histoires-là", poursuit-il. "Si on n'avait pas donné [leur identité], rien n'aurait avancé, en tout cas pas en si peu de temps. En une soirée on a réussi à les retrouver." C'est illégal, reconnaît-il, "mais c'est beaucoup plus rapide".

"Il n'appartient pas à un citoyen de se faire justice lui-même, et il peut se tromper", signale Catherine Chambon, sous-directrice de la lutte contre la cybercriminalité au sein de la police judiciaire, contactée par France Inter. "Et puis s'il arrivait malheur à celui qu'il considère comme suspect, c'est lui qui en serait en partie responsable."

La victime violée à deux reprises

L'auteur du viol et celui qui a filmé la scène ont été identifiés grâce à la plateforme de signalement Pharos il y a un peu plus d'une semaine. La victime, une jeune fille de 16 ans, a expliqué lors de son audition que le jeune auteur du viol présumé était son ex petit ami. Il l'avait attendue dans son immeuble. Elle affirme ensuite qu'elle a été insultée par les deux suspects puis violée. Elle a porté plainte ce samedi. 

Les deux mis en examen n'ont pas de casier judiciaire confirme le parquet d'Evry. Ils ont seulement fait l'objet d'un rappel à la loi pour une affaire mineure en mars 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu