Faits divers – Justice

Essonne : quatre policiers blessés par des cocktails Molotov

Par Germain Arrigoni, France Bleu Paris Région et France Bleu samedi 8 octobre 2016 à 17:22 Mis à jour le samedi 8 octobre 2016 à 20:56

Les deux voitures de police incendiées à Viry-Châtillon
Les deux voitures de police incendiées à Viry-Châtillon © AFP - Thomas SAMSON

Quatre policiers ont été blessés samedi, dont deux "sérieusement", par une dizaine de personnes qui ont lancé sur leurs véhicules des cocktails Molotov à Viry-Châtillon (Essonne). Le chef de l'Etat François Hollande dénonce une attaque "intolérable" et réclame "une peine à la mesure de la gravité".

Deux voitures de police attaquées au cocktail Molotov, quatre policiers blessés dont deux "sérieusement". Cela s'est produit ce samedi peu avant 15h dans la cité difficile de la Grande Borne à Viry-Châtillon.

Deux policiers grièvement brûlés

"L'équipage qui se trouvait dans un véhicule de police était chargé de la surveillance d'une caméra vidéo près d'un feu rouge à Viry-Châtillon. Une dizaine d'individus s'en sont pris à eux avec des jets de cocktails Molotov", a indiqué une source policière à l'AFP.

Et d'ajouter : "Deux policiers ont été sérieusement blessés. Ils souffrent d'importantes brûlures et ont été conduits dans un hôpital parisien." Selon le syndicat de police Alliance, cité dimanche matin par France Info, l'un des fonctionnaires de police a été placé dans un coma artificiel, son état est très préoccupant. D'autres policiers arrivés en renfort dans une deuxième voiture "ont essuyé eux aussi des jets de cocktails Molotov", a poursuivi la source policière. Ils ont été "légèrement blessés et très choqués, et évacués vers un centre hospitalier". Une source judiciaire a également fait état de quatre policiers blessés, dont deux sérieusement.

Les deux voitures de police attaquées ont été incendiées et détruites. D'importants renforts policiers ont été envoyés sur place. A ce stade, aucune interpellation n'a été opérée, selon la source policière. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale de l'Essonne.

VIDEO. Les voitures de police en feu filmées par un témoin.

Site sensible

Ces violences sont survenues dans la cité de La Grande Borne, à un feu rouge qui a été longtemps le théâtre de vols à la portière avec violence. Depuis plus d'un an, la mairie tente de reprendre le territoire aux agresseurs à ce carrefour dit "du Fournil" - du nom de la boulangerie voisine - et y a dans ce but installé une caméra de vidéosurveillance, que les policiers attaqués étaient chargés de surveiller.

Nombreuses réactions de la classe politique

François Hollande a dénoncé comme "inqualifiable et intolérable" l'agression appelant à ce que les auteurs soient "condamnés à une peine à la mesure de la gravité de leur acte".

Le Premier ministre Manuel Valls a également condamné cette agression, jugeant que "des actes aussi intolérables appellent des sanctions exemplaires". De son côté, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a condamné "avec la plus grande fermeté ces actes d'une extrême gravité". "Tout est mis en oeuvre pour retrouver et interpeller les auteurs de ces actes intolérables afin qu'ils en répondent devant la justice", a-t-il affirmé dans un communiqué en adressant ses vœux de prompt rétablissement aux policiers blessés et son soutien à leurs proches et collègues.

A droite et à l'extrême droite, cette agression a également suscité de nombreuses réactions.

  - Aucun(e)
-

Partager sur :