Faits divers – Justice

Essonne : une rame du RER D attaquée par vingt personnes

France Bleu Paris Région mercredi 18 mars 2015 à 9:03

Image d'illustration - une rame du RER
Image d'illustration - une rame du RER © MaxPPP

Les faits se sont produits dimanche matin : une vingtaine d'individus ont fait irruption dans une rame du RER D en gare de Juvisy-sur-Orge, dans l'Essonne et ont dérobé les téléphones portables de plusieurs passagers. Au moins six plaintes ont été déposées.

L'affaire n'a été rendue publique que ce mardi, mais les faits ont été commis dimanche matin : peu après 5h du matin, une vingtaine de personnes est montée dans une rame du RER D à Juvisy-sur-Orge, dans l'Essonne, et s'est mis à dépouiller les passagers. "Le groupe s'est divisé en deux, entre les parties haute et basse de la rame ", expliquent les enquêteurs.

Vols de téléphones portables

Plusieurs personnes se sont fait dérober leur téléphones portables. Certains qui refusaient de se laisser dépouiller ont été frappés. A ce jour, six plaintes ont été rassemblées par la Sûreté régionale des transports en charge de l'enquête. Mais il pourrait y avoir d'autres victimes car, selon nos informations, si une partie des assaillants a pris la fuite, d'autres ont ensuite emprunté le RER C, où il y aurait eu des agressions également.

Toutefois pour les enquêteurs, la piste d'une attaque préparée et organisée semble écartée. Il s'agirait plutôt de personnes, qui en rentrant de soirée, se sont mis à importuner les voyageurs et voler tout ce qu'il pouvait. Les agresseurs n'étaient ni armés, ni cagoulés. La police examine les images des caméras de vidéosurveillance installées sur les quais pour tenter d'identifier les suspects.

P Attaque RER D

En mars 2013, sur cette même ligne, des faits similaires s'étaient produit en gare de Grigny : une vingtaine de personnes, essentiellement des mineurs, avaient tiré le signal d'alarme et dépouillé les voyageurs. "Sous réserve des résultats de l'enquête (...), il serait hasardeux d'établir un parallèle entre cette affaire, certes grave, et les faits commis en gare de Grigny ", précise toutefois la préfecture.