Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Est-ce un loup qui a attaqué un troupeau de brebis mercredi à Eymoutiers ?

jeudi 4 octobre 2018 à 17:03 Par Alain Ginestet, France Bleu Limousin

Une éleveuse de moutons d'Eymoutiers a retrouvé une de ses bêtes le cou dévoré par un animal qu'elle pense être un loup. Ce jeudi, elle a amené la carcasse de l'agnelle devant la Préfecture de Limoges, pour demander à l'Etat de reconnaître la présence du loup en Haute-Vienne.

L'éleveuse d'Eymoutiers est convaincue que son agnelle, dont elle a amené la carcasse devant la Préfecture, a été tuée par un loup
L'éleveuse d'Eymoutiers est convaincue que son agnelle, dont elle a amené la carcasse devant la Préfecture, a été tuée par un loup

Eymoutiers, France

C'est un sujet ultra-sensible en Limousin. Depuis quelques mois, certains éleveurs estiment que les attaques dont ont été victimes leurs troupeaux sont l'oeuvre du loup, dont la présence en Limousin n'est à ce jour pas reconnue par l'Etat. 

Dernier épisode en date : une agnelle attaquée mercredi matin, dans le troupeau d'Émilie Pons-De Launay, à Eymoutiers. "L'agnelle a été attaquée, prise à la gorge, les plaies sont très propres, c'est très nettoyé autour des os" explique l'éleveuse, qui a mis la photo de l'agnelle sur les réseaux sociaux, estimant que cela est la signature d'un loup. "Quand c'est un chien, plusieurs animaux sont blessés, la laine est tirée, ça ne ressemble pas du tout à ça" assure-t-elle, expliquant que c'est la deuxième attaque de ce type que ses agnelles subissent.

L'agnelle a été retrouvée mercredi matin dans un troupeau d'Eymoutiers - Aucun(e)
L'agnelle a été retrouvée mercredi matin dans un troupeau d'Eymoutiers - Association "Préservons nos Troupeaux des Loups en Limousin"

Avec quelques éleveurs et membres de l'association "Préservons nos Troupeaux des Loups en Limousin", Émilie Pons-De Launay s'est présentée ce jeudi matin devant la Préfecture de la Haute-Vienne, à Limoges, pour y montrer la carcasse de l'agnelle tuée, et pour demander à l'Etat de reconnaître la présence du loup en Haute-Vienne. 

L'oeuvre d'un blaireau ? Complètement délirant !..."

Comme le veut la procédure en cas d'attaque, l'éleveuse a fait venir sur son exploitation les agents de l'ONCSF (Office national de la chasse et de la faune sauvage). "Pour ces experts de l'ONCSF - seul organisme habilité à faire les constats, c'est un blaireau qui aurait attaqué mon agnelle !... C'est donc un blaireau qui aurait poursuivit mon troupeau dans une côte, puis dans une descente, avant de l'attaquer au cou. _Complètement délirant_, par rapport à la réalité de ce qui se passe!", dénonce l'éleveuse qui parle d'un "déni". "C'est parce qu'on eu cette réponse de l'ONCSF qu'on est allé devant la Préfecture", explique-t-elle. "On demande qu'on arrête de nous balader, que la présence du loup en Haute-Vienne soit reconnue et qu'il y ait de vraies mesures de régulation" conclut Émilie Pons-De Launay, assurant que l'association a fait faire des analyses de précédentes attaques par un laboratoire allemand qui a confirmé la présence du canidé. Ces analyses ne sont pas reconnues par les autorités françaises.

Ces derniers mois, les Préfectures de Corrèze (en février dernier) et de Haute-Vienne (début septembre dernier) ont mis en place des cellules de "veille loup", afin d'identifier l'éventuelle présence effective de l'animal en Limousin.